Agenda

Novembre 2017

L M M J V S D
   1 2345
678910 11 12
13141516171819
20212223242526
27282930   
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Chat Box
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

: Discret bagueur de chouettes

Si vous êtes amateur de balades en campagne, vous aurez peut-être déjà croisé Patrick Albrecht au détour d’un sentier. Muni de son échelle extensible, il arpente régulièrement les forêts et les vergers genevois, le regard fixé sur le haut des arbres. Son but: inspecter et réparer les nichoirs à chouettes installés de part et d’autre du canton. «Il faut vérifier qu’ils ne soient pas abîmés et que les bébés aient bien quitté le nid, glisse-t-il. Et puis j’en profite également pour faire un peu de ménage.» En d’autres termes, il retire pêle-mêle des pelotes régurgitées, des excréments ou des restes de proies rescapées d’un festin. Un hobby que ce Lancéen effectue depuis plus de vingt ans.

Attablé au Café Julienne, le quadragénaire nous raconte timidement sa passion, étonné de notre intérêt. Pourtant, Patrick Albrecht ne se contente pas d’offrir des foyers temporaires aux rapaces nocturnes une fois l’automne venu. Il leur rend également visite au printemps afin de baguer les bébés fraîchement sortis de leur œuf. «C’est la cerise sur le gâteau. Le moment ou l’on peut enfin voir si le travail effectué a porté ses fruits. Cette année, nous avons recensé quatre-vingt-cinq territoires de Chevêches d’Athéna (le nouveau nom scientifique donné aux chouettes Chevêches). C’est la première fois que nous en avons autant», murmure-t-il, ravi.

Gypaète et chouette hulotte

Animateur socioculturel à la maison onésienne, ce quadragénaire dédie environ deux cents heures par année aux rapaces. «C’est avant tout une passion. J’ai besoin d’être en contact avec la nature et j’aime tous les animaux, mais les oiseaux sont ceux que l’on peut aider le plus facilement. Et puis il y a un côté magique dans leurs apparitions soudaines.»

Initié à l’observation des volatiles dès son plus jeune âge par son grand-père, c’est surtout à la suite d’une visite au Zoo La Garenne que le jeune homme se découvre une passion pour l’ornithologie. «J’avais trouvé une plume de Gypaète au sol, ça a été l’élément déclencheur.» Alors âgé de 12 ans, il se plonge dans les ouvrages spécialisés et se lance dans de longues balades d’observation.

topelement.jpg

Lire la suite ici.


Publié le : Lundi 17 octobre 2016 @ 17:02:39
Précédent |  Suivant