Agenda

Novembre 2017

L M M J V S D
   1 2345
678910 11 12
13141516171819
20212223242526
27282930   
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Chat Box
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

: Nichoirs grand luxe pour chouettes gourmandes

Des rapaces dans les champs plutôt que du poison pour réguler les campagnols : c’est le pari commun de la LPO et d’un groupe d’agriculteurs.

D'un côté, il y a des agriculteurs, membres du groupe TCI (*), qui ne labourent plus leurs sols pour préserver leur potentiel agronomique, mais qui se retrouvent confrontés à des populations trop importantes de petits rongeurs, générateurs de dégâts dans leurs cultures.

De l'autre côté, il y a des rapaces nocturnes qui adorent les campagnols – un couple de chouettes effraies en mange entre 2.500 et 3.000 par an ! –, mais qui ont du mal à trouver dans ces plaines céréalières dépourvues d'arbres de bonnes conditions de vie.
Avec l'aide de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) de Loir-et-Cher et de son partenaire privilégié, le Centre départemental de soins, d'accompagnement et d'éducation (CDSAE) d'Herbault, les intérêts des agriculteurs et ceux des rapaces nocturnes vont désormais pouvoir se conjuguer, dans une opération expérimentale, baptisée « Gestion des campagnols par les rapaces ».
« L'idée est simple, résume Didier Nabon de la LPO 41, il s'agit d'aider les agriculteurs concernés par cette lutte écologique, en leur donnant les moyens d'attirer des rapaces nocturnes sur leurs exploitations, et de les emmener là où les dégâts des campagnols sont les plus importants. »

15 agriculteurs engagés dans ce projet

Ambitieux et innovant, ce projet soutenu par la LPO nationale et la chambre d'agriculture de Loir-et-Cher, attend encore d'être validé par la Région (lire par ailleurs). Mais les partenaires ont décidé de s'engager quand même – « Le moment propice, c'est maintenant ! » –, dans la réalisation de la première étape : fournir à la ferme un logement de qualité aux rapaces, adapté à leurs besoins, et offrant toute la sécurité requise pour les nichées.
Voilà pourquoi, la semaine dernière, agriculteurs et membres de la LPO se sont retrouvés, avec les jeunes de l'atelier menuiserie du CDSAE d'Herbault, à découper, visser, ajuster les chambres d'hôtes de luxe spéciales chouettes !
Chez les 15 agriculteurs engagés dans ce projet seront donc très prochainement installés un nichoir à chouette effraie et un nichoir à chouette chevêche. André Peschard, agriculteur à La Chapelle-Vendômoise et membre du comité de pilotage de la LPO 41, a déjà testé le dispositif, avec succès. « Depuis deux ans que des chouettes effraies nichent chez moi, je n'utilise plus aucun raticide dans les bâtiments et granges. »
Il reste encore à emmener les rapaces sur les parcelles infestées de campagnols. Une étape cruciale, nécessitant un travail d'expertise que la LPO 41 est prête à assurer, si la Région valide son engagement. Pour le bénéfice des rapaces, des agriculteurs et de l'environnement.

119846013_slider.jpgUn exemple de dégât de campagnol sur un pied de colza. - (Photo NR, Jérôme Dutac)

Lire l'article complet ici.


Publié le : Vendredi 03 février 2017 @ 09:59:30
Précédent |  Suivant