Agenda

Décembre 2017

L M M J V S D
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25 262728293031
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Chat Box
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

Rechercher dans Passion

Ils ont décortiqué des pelotes de réjection de chouette effraie

Lundi soir, dans le cadre de la démarche ABC (Atlas de la biodiversité) initiée par le conseil municipal, avec le soutien de la Frapna (1), un atelier sur les pelotes de rejection a été piloté par Stéphane Gardien, naturaliste de l’association. « Dites-moi ce que vous trouvez dans ces pelotes et je vous dirai la richesse des petits mammifères de votre territoire. C’est une façon économique et précise de connaître la diversité et la répartition de la microfaune locale sur 2 km autour des pelotes retrouvées. »

La chouette effraie habite dans le bâti. Il est ainsi plus facile de trouver de belles pelotes non abîmées par les intempéries, ce qui facilite l’étude. On trouvera donc des restes (crânes, mandibules) de rongeurs ou d’insectivores mangés et, en fonction de la forme, de la couleur des dents, on pourra mieux les identifier.

Tout ce travail servira à enrichir les données communales, qui datent de 1975.

Les habitants peuvent apporter leur contribution en se connectant sur faune-ain.org, site collaboratif de la LPO Ain (Ligue pour la protection des oiseaux), qui permet de rassembler et de partager des données naturalistes de l’Ain en temps réel.

Quant à l’atelier pratique de lundi, il n’a attiré qu’une dizaine de personnes, au regret du maire, Gérard Seyzériat. D’ici à la fin de l’année, la présentation finale de la démarche ABC sera proposée aux habitants.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Jeudi 12 octobre 2017 @ 12:55:01

Rechercher dans Presse

Le clocher de l'église de Chaulgnes équipé pour accueillir une chouette hulotte

Divisée par quatre depuis les années, la forte régression de la présence de la chouette Effraie dans le département de la Nièvre a incité la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO 58) à mener une campagne de préservation de la chouette effraie des clochers.

Sensibles à la protection de la biodiversité locale, les élus de Chaulgnes ont répondu favorablement à l’appel de la LPO. Depuis une dizaine de jours, le clocher de l’église de Chaulgnes est équipé d’un nichoir destiné à accueillir une chouette effraie.

 

Jérôme Alain, Claude Chapalain et Jean-Louis Dupuy, bénévoles de l’association, se sont rendus sur place et ont installé gratuitement le nichoir, fabriqué de leurs mains, sur le pignon est dans la partie interne du clocher.

Le contrôle et le suivi seront faits chaque année par les membres de la LPO 58.

Le journal du centre

Publié le : Lundi 28 août 2017 @ 18:51:39

Rechercher dans Chouettes

Deux bébés chouettes retrouvés dans une cheminée

Deux habitants de Pléhédel (Côtes-d’Armor) ont trouvé deux bébés chouettes dans leur cheminée. Ils les ont confiés au centre de sauvetage de la faune sauvage Volée de piafs, à Languidic (Morbihan).

Voilà un moment que Régine et Roger Bocher entendent de drôles de bruits dans leur cheminée, située à l’étage. « C’était comme des chuintements. »

Au bout de quinze jours, ils se décident à ouvrir la trappe du conduit et, surprise, deux petites chouettes en tombent. « Leur nid devait être plus haut et impossible de les y remettre. » Ne sachant que faire, ils se renseignent à droite et à gauche. Leur copain Armand leur suggère alors de contacter le centre de soins de la station ornithologique de l’île Grande. Une bonne idée car, dans la journée de dimanche, l’un de ses adhérents est venu récupérer les oisillons.

Aux dernières nouvelles, ils ont été transférés à Languidic (56), au centre de sauvegarde de la faune sauvage Volée de piafs, plus adapté pour soigner ce genre d’oiseaux.

Dames blanches

Dans la cheminée de Régine et Roger, les chuintements sont toujours là. Le reste de la famille ? La trappe ne sera plus ouverte, par peur de provoquer une nouvelle chute.

Mais de quelle espèce sont ces chouettes ? Après renseignement auprès de Renaud Leroy, ornithologue amateur de Pléhédel, il s’agit de chouettes effraies ou dames blanches.

plehedel-deux-chouettes-passees-par-la-cheminee.jpg
Désormais, les petites chouettes sont entre des mains expertes. Une seconde vie pour ces oisillons, loin du nid familial. | Armand Nina

OuestFrance

Publié le : Lundi 24 juillet 2017 @ 10:09:14

Rechercher dans Hiboux

La découverte dans la matinée

La découverte dans la matinée de lundi (hier) d’un hibou les pattes attachées par une corde en tissu vert relié au poignet de la porte du bureau du Directeur technique de Gabon Télévision, a plongé l’ensemble du personnel de la principale chaîne de télévision nationale du pays dans la panique et la stupeur.

Le qualifié d’oiseau maléfique dans plusieurs traditions au Gabon, a été retrouvé aux premières heures de la matinée du lundi par les premiers arrivants au service dans les locaux de Gabon Télévision. L’image a fait la Une des réseaux sociaux.

Selon les interprétations faites sur place, pour beaucoup il s’agirait d’un fétiche ou d’un maléfice très dangereux tant l’acte incite à la réflexion.

« Cette découverte a plongé tout le personnel dans la stupeur et fait place à plusieurs interprétations », a déclaré un journaliste de la rédaction de Gabon télévision très ému.

« C’est pas la première fois que nous voyons cela à Gabon télévision. Aujourd’hui il s’agit d’un hibou mais très souvent ce sont des chats que nous trouvons ici », a signalé un autre agent.

Cette pratique de grande sorcellerie proviendrait à en croire les mêmes interprétations des ennemis du directeur technique de Gabon Télévision.

L’oiseau qui n’augure pas de bonnes nouvelles, a été enlevé par un agent « courageux » qui a amené l’animal avec lui pour dit -t-il aller le cuisiner.

En Afrique notamment au Gabon, parce qu’il n’affronte pas la lumière du jour, le hibou est symbole de tristesse, d’obscurité, de retraite solitaire et de mélancolie. Il exprime le froid, la nuit, la mort.

Selon plusieurs croyances locales, le hibou a une image négative liée au domaine du surnaturel, de la magie et de la spiritualité. Certainement de par son cri inquiétant et son mode de vie « en retraite », il est le vecteur de nombreuses superstitions.

Le cri du hibou présage une mort prochaine. Il était également associé à la sorcellerie et à la magie noire.

hibouplacard.jpg

Lire l'article complet ici.

Publié le : Mercredi 19 juillet 2017 @ 08:19:53

Rechercher dans Chouettes

Il sauve une chouette prise dans du fil

Dimanche en tout début d’après-midi, Mx, vendeur en literie, se trempait les pieds dans la Leysse au “Bout du monde”, à Saint-Alban-Leysse, lorsqu’en tournant la tête, il a aperçu une chouette à l’agonie dans les arbres. L’oiseau était pris dans une ligne de pêche. Prisonnier du fil entremêlé dans les branches qui se courbaient au-dessus de la rivière, à une hauteur de deux mètres. En levant les bras, Maxime a réussi à l’atteindre. « Je croyais qu’elle était morte. J’ai commencé à lui toucher la tête et j’ai vu qu’elle était vivante. » À l’aide d’un canif, il a coupé les fils qui s’étaient enroulés autour de la chouette, une espèce protégée. Libérée, mais épuisée et avec une aile abîmée, l’oiseau s’est laissé prendre sans broncher. Son sauveur l’a déposé au bord de la rivière et a appelé l’équipe animalière des sapeurs-pompiers. « C’est la première fois que je voyais une chouette d’aussi près, il paraît que ça porte chance », s’est réjoui Maxime.
Cette chouette hulotte adulte a été ensuite confiée au Tichodrome, Centre de sauvegarde de la faune sauvage en Isère, où elle reçoit des soins avant d’être relâchée dans quelques jours. Elle présente des hématomes à une aile et un œil gonflé.

chouetteSaintAlban.jpg

Publié le : Mercredi 14 juin 2017 @ 08:56:51

Rechercher dans Chouettes Hiboux

ANIMAUX Valleroy : sauvés le même jour, c’est chouette !

L’un ne pèse que quelques grammes ; l’autre est le plus grand rapace nocturne d’Europe. Depuis le 24 mai, un bébé chevêche et un hibou grand-duc reprennent des forces au centre de sauvegarde de la faune lorraine, à Valleroy. Chacun a été trouvé en mauvaise posture.
Tombé dans le bassin d’une station d’épuration, ce hibou grand-duc a dû être lavé par le salarié expérimenté du CSFL avec l’aide de bénévoles. Une manipulation délicate à évidemment ne pas reproduire chez soi sous peine de causer du tort à l’imposant rapace mais aussi de se blesser !

Au centre de sauvegarde de la faune lorraine (CSFL) à Valleroy, il y a de la place pour les tout-petits animaux comme pour les plus grands. Dernier exemple en date, le 24 mai, où une chouette chevêche, encore oisillon, est arrivée quasi en même temps qu’un hibou grand-duc de belle taille !

Le bébé chevêche a été découvert au sol à Senon, en Meuse, par une personne et emmené au centre de soins de la faune sauvage par l’un des soixante bénévoles-rapatrieurs de l’association, une fois l’alerte donnée. Sympa ! « Il ne pesait que 85 grammes et était trop faiblard pour s’en sortir tout seul », dévoile Alexandre Portmann, le responsable capacitaire du lieu.

« Cette espèce qu’on appelle aussi chevêche d’Athéna – car elle était l’attribut de la déesse de la sagesse – était commune autrefois en France. Aujourd’hui, on en voit un peu moins du fait de la modification de son habitat naturel : parcs, vergers, prairies qui disparaissent. À la place des cavités de vieux pommiers, elle trouve donc refuge sur les toits. » De là à penser que le spécimen en question a fait une chute, il n’y a donc qu’un pas… « Les jeunes ont souvent l’habitude de sortir du nid avant de voler et d’appeler leur mère à l’aide ensuite », confirme le spécialiste. Avec « trois à cinq œufs par nichée », la femelle est donc bien occupée !

Reste qu’à raison de « trois repas par jour de viande et d’insectes », le rapace, qui atteindra « 22 cm à l’âge adulte », se remet bien de ses émotions. « Mais on ne le relâchera pas avant le printemps prochain. Il faut d’abord qu’il apprenne à chasser », prévient Alexandre Portmann. « D’où notre recherche de financement pour construire une volière spécifique. Car, c’est sûr, on en accueillera d’autres ! »

Un hibou grand-duc fait lui aussi partie des « 480 animaux » à passer par le centre de soins depuis janvier dernier. « C’est le personnel de la station d’épuration de Bras-sur-Meuse qui nous a appelés car il était tombé dans un bassin », raconte le salarié de l’association CSFL qui s’est rendu sur place pour le secourir. « On est parti à deux car l’animal n’est pas simple à manipuler. Il a fallu l’envelopper dans une couverture puis l’installer dans la caisse de transport. » On parle effectivement du « plus grand rapace nocturne d’Europe », qui peut atteindre une envergure d’1,80 m en vol !

À son arrivée au Jardin de nature de Valleroy où fonctionne la structure, l’oiseau a bénéficié de quelques heures pour se reposer. « Le temps que la pression redescende. » Puis ce fut le passage obligé du bain ! « Comme il a baigné dans plusieurs produits, son plumage était sale et avait besoin d’être nettoyé. » Là encore, avec quelques précautions. Pour éviter que celui qui peut manger un faon, des poissons, des serpents ou d’autres oiseaux n’attrapent ses soigneurs avec ses puissantes serres, celles-ci ont, par exemple, été bandées. Heureusement, le magnifique rapace s’est laissé faire, s’habituant même au bruit continu de la soufflerie qui allait sécher ses plumes. Sorti d’affaire, lui aussi devrait pouvoir voler à nouveau de ses propres ailes très bientôt !

Publié le : Samedi 03 juin 2017 @ 20:43:49

Rechercher dans Chouettes

Des nichoirs digitaux pour observer les chouettes

Des étudiants de l’EPFL ont mis sur pied un système qui détecte les entrées et sorties des chouettes effraies dans leur nid sans déranger l’animal.
Menacées par la diminution du nombre de granges et fermes où elles aiment faire leur nid, les chouettes effraies font l’objet d’une surveillance attentive en Suisse. Jusqu’ici, les chercheurs ne disposaient pas de solution pratique pour les observer en permanence sans les déranger. Intéressés par ce défi, des étudiants de l’association Octanis de l’EPFL ont créé un prototype qui enregistre les allées et venues des oiseaux grâce à un capteur placé à l’entrée des nichoirs.

L’idée est née par hasard après un contact entre les étudiants de l’association Octanis et Isabelle Henry, ancienne étudiante d’Alexandre Roulin, le spécialiste des chouettes effraies à l’Université de Lausanne. «Les chercheurs souhaitaient observer l’activité des chouettes dans les nichoirs, mais les solutions testées jusqu’ici étaient trop lourdes et ne fonctionnaient pas», explique Sam Sulaimanov, étudiant en génie électrique et président d’Octanis. Leur curiosité piquée, les étudiants ont développé dans leur temps libre un prototype simple, composé d’une carte de circuit imprimé et d’une antenne. Installé à l’entrée du nichoir, il détecte le passage de chaque oiseau, dont la bague doit être équipée d’une puce électronique.

Mieux qu’un GPS

Léger, utilisable toute l’année et peu coûteux, le système est alimenté par une batterie qui peut durer six mois. Un réel avantage, puisque la récolte des données ne nécessite pas de déranger les oiseaux ou de les capturer régulièrement, comme c’est le cas avec les GPS dont les batteries ont une durée limitée. Grâce à ce nichoir digital, les chercheurs n’auront besoin que de passages ponctuels pour obtenir des informations détaillées sur le comportement des oiseaux avant l’accouplement ou la cadence de nourrissage des jeunes, par exemple. De quoi réjouir les spécialistes. «Avec 350 nichoirs entre Lausanne et Morat, un tel système sera très intéressant pour nous, et nous sommes ravis que de futurs ingénieurs se soient emparés du projet», souligne Alexandre Roulin. Un premier modèle de ce nichoir digital sera posé prochainement pour un test grandeur nature.
À noter que les nichoirs ne sont pas la seule réalisation des étudiants d’Octanis, qui ont déjà construit un Rover testé cet hiver en Antarctique. Mis au point dans l’espace de prototypage du bâtiment MED, ces projets permettent aux étudiants d’expérimenter et de tester leurs idées en dehors des cours. L’association est ouverte à tous, peu importe le bagage technique, et propose à chacun de tester la soudure, l’impression 3D ou la programmation. «Les études à l’EPFL sont exigeantes, et je trouve important de prendre du temps pour des projets fun et personnels, souligne Sam Sulaimanov. En acceptant de se tromper et en cherchant des solutions sans la pression des notes, on apprend énormément!»

nichoirsGPS.jpg
Le prototype simple composé d'une carte de circuit imprimé et d’une antenne, détecte le passage de chaque oiseau, dont la bague doit être équipée d’une puce électronique. 

Le Matin

Publié le : Mardi 23 mai 2017 @ 09:40:15

Rechercher dans Hiboux

Cruel sort : Triste fin pour un hibou au quartier Avéa

Le sort a été cruel pour un gros hibou qui errait, vendredi soir, aux environs de 21 heures, dans une concession au quartier Avéa, dans le deuxième arrondissement de la commune de Libreville.

Le rapace, a été capturé puis brûlé vif par une foule surexcitée. Il faut savoir que beaucoup de préjugés entourent cet oiseau nocturne dans notre société depuis la nuit des temps. A cause de son cri nocturne inquiétant, ses grands yeux scrutateurs et son mode de vie « en retraite », ce rapace est souvent au centre de nombreuses insinuations superstitieuses. Bref, le hibou reste toujours très lié au domaine du surnaturel, de la magie et d'autres croyances maléfiques.

C'est donc comme guidés par un instinct de survie qu'un groupe de jeunes a lapidé ce gros hibou, vendredi soir, vers 21 heures, en le blessant à la patte et à une aille, alors qu'il était perché sur le toit d'un local faisant office de toilettes. 

La nouvelle s'est ensuite répandue comme une traînée de poudre dans le quartier. Fait marquant, les insultes proférées par la petite foule qui s'est formée sur les lieux à l'égard de l’intrus. Toutes aussi salissantes que dégradantes. Puis, le rapace a été brûlé vif devant l’objectif de la camera d’une chaîne de télévision appelée en urgence pour immortaliser le supplice du strigidé.

145889.HR.jpg

L'article complet ici.

Publié le : Vendredi 19 mai 2017 @ 08:39:08

Rechercher dans Hiboux

Après six mois de soins

Après six mois de soins, retour à la liberté pour Grand Doudou, le hibou Grand-duc miraculé

Retrouvé en novembre 2016, blessé et coincé dans des barbelés du côté de Peuplingues, un hibou Grand-duc dont la présence est connue dans la région, mais rarement observée, a été relâché samedi soir sur le mont-Pelé qui dépend d’Eden 62.

Le périple de soins du rapace nocturne, qui a transité dans un premier temps vers le site de la LPA de Calais (Ligue de protection des animaux) avant d’être soigné dans le Pays de Montreuil, s’est achevé en quelques coups d’ailes.

C’était en quelque sorte le début d’une nouvelle vie pour celui qui est appelé Grand Doudou depuis son séjour à Inxent dans les locaux de l’association Oiso (Observation initiation soins aux oiseaux). L’endroit est devenu au fil du temps le Centre régional de soins et de sauvegarde de la faune sauvage en Nord - Pas-de-Calais.

Grand Doudou doit sa survie au travail acharné de ses protecteurs. Nullement impressionné par le déploiement constaté sur le site du Mont-Pelé, le hibou, qui mesure 70 centimètres et pèse 2,5 kg, est allé se réfugier une fois libéré dans la fosse du Cul Louvet en attendant de se fixer un nouveau terrain de chasse.

L’association recherche toujours des bénévoles et des donateurs car elle manque de moyens.

GrandDoudou.jpg

Pour consulter le site de l’association :http://www.association-oiso.fr/

Publié le : Dimanche 14 mai 2017 @ 18:04:40

Rechercher dans Hiboux

Alpes-Maritimes: Le courant est coupé, c'est un hibou qui a percuté la ligne électrique

Mercredi, vers 3 h du matin, les habitants de Sospel et Moulinet (Alpes-Maritimes) se sont retrouvés sans lumière. Une coupure d’électricité due… à un hibou. Selon Nice-Matin, l’oiseau a percuté deux lignes à haute tension simultanément.

C’était la deuxième fois en moins d’une semaine que l’incident survenait. « Il s’agit d’un hibou grand-duc qui, de par sa grande envergure, a malheureusement touché deux câbles de la ligne », explique le responsable du service qui gère le réseau d’électricité au quotidien local. Le courant a pu être rétabli en début de matinée.
Une espèce protégée

Face à la récurrence du problème, la société annonce qu’elle mènera une étude en lien avec la ligue de protection des oiseaux. « Nous sommes conscients du danger pour cette espèce protégée, affirme-t-il. Cette zone n’est pas signalée comme lieu de vol du grand-duc. Nous mettrons alors en place le matériel adapté à la protection de l’avifaune »… et ainsi sauver les hiboux.

Publié le : Vendredi 05 mai 2017 @ 10:15:41

Rechercher dans Associations

DIJON : Apportez vos idées au service du projet de monnaie locale !

L'équipe de La Chouette organise un atelier participatif le 12 avril.


L'équipe de La Chouette propose une rencontre conviviale et participative le mercredi 12 avril à partir de 19h à Latitude21 (33 rue de Montmuzard à Dijon).

Au programme : présentation de l'avancée du projet de monnaie locale, jeu-quiz et ateliers dans lesquels vous pourrez apporter vos idées, exprimer votre créativité et vos interrogations...

Trois ateliers seront proposés :

Atelier 1 : Où dépenser ses chouettes ?

Dépenses alimentaires, services, loisirs...

Quels sont les lieux du bassin de vie dijonnais dans lesquels utiliser la monnaie locale ?

Atelier 2 : Critères d'affiliation des partenaires

Quels sont les critères, les valeurs et les pratiques auxquels devront adhérer les commerçants, artisans, associations et autres partenaires professionnels afin d'intégrer le réseau de la monnaie locale ?

Atelier 3 : Communication et événementiel

Comment mieux communiquer sur le projet de monnaie locale ? Quels événements organiser pour mieux informer le public sur les objectifs de La Chouette ?

Afin de permettre aux organisateurs de préparer au mieux cet événement, merci de bien vouloir vous inscrire en suivant ce lien : https://docs.google.com/forms/d/1MLvo62fuzNEONj0KqJA-04dFKYaaUbMcTSFmU2voN2k/prefill

Un apéritif terminera cette réunion, n'hésitez pas à apporter plat et/ou boisson !

dijonLogo.png

Publié le : Jeudi 30 mars 2017 @ 14:25:30

Rechercher dans Chouettes Hiboux

Une animation très chouette

Tous les deux ans, la Ligue pour la protection des oiseaux et la Fédération des parcs naturels régionaux de France organisent conjointement la Nuit de la chouette. Cette manifestation a pour but de sensibiliser le public aux chouettes et hiboux, trop souvent – et injustement – mal aimés, à travers l’organisation d’événements, sorties nature, projections de diaporamas, réunions, construction de nichoirs…

Diaporama et poésie

Dans cette perspective, Sophie Huberson Debry, vice-présidente de l’association Vaux à venir, a présenté mardi, sous forme de diaporama, « les chouettes et hiboux de France » à 30 enfants de l’école primaire. Un moment d’échange a suivi cette projection. La pelote de réjection (boulette de régurgitation contenant les éléments durs et non digérés des proies avalées en entier) qui a été présentée a notamment suscité bien des questions !

Pour clore cette animation, Sophie Huberson Debry a récité une poésie sur la chouette chevêche, qui a ravi les jeunes participants. Un livret élaboré par Vaux à venir, présentant neuf espèces de chouettes et hiboux ainsi que des jeux sur ces rapaces, a été remis aux enfants (1).

(1) Pour obtenir « Mon petit guide très chouette », contacter l’association Vaux à venir au 06 12 41 21 66 ou rendez-vous sur le site www.vaux-a-venir.info.

les-chouettes-et-hiboux-de-france-ont-ete-presentes-a-30-enfants-de-lecole-primaire.jpg
Les chouettes et hiboux de France ont été présentés à 30 enfants de l’école primaire.

Photo DR

Publié le : Lundi 20 mars 2017 @ 13:57:40

Rechercher dans Associations

Le plus grand centre de soins pour animaux sauvages de France va fermer

Publié le : Lundi 13 février 2017 @ 09:04:45

Rechercher dans Chouettes

: Nichoirs grand luxe pour chouettes gourmandes

Des rapaces dans les champs plutôt que du poison pour réguler les campagnols : c’est le pari commun de la LPO et d’un groupe d’agriculteurs.

D'un côté, il y a des agriculteurs, membres du groupe TCI (*), qui ne labourent plus leurs sols pour préserver leur potentiel agronomique, mais qui se retrouvent confrontés à des populations trop importantes de petits rongeurs, générateurs de dégâts dans leurs cultures.

De l'autre côté, il y a des rapaces nocturnes qui adorent les campagnols – un couple de chouettes effraies en mange entre 2.500 et 3.000 par an ! –, mais qui ont du mal à trouver dans ces plaines céréalières dépourvues d'arbres de bonnes conditions de vie.
Avec l'aide de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) de Loir-et-Cher et de son partenaire privilégié, le Centre départemental de soins, d'accompagnement et d'éducation (CDSAE) d'Herbault, les intérêts des agriculteurs et ceux des rapaces nocturnes vont désormais pouvoir se conjuguer, dans une opération expérimentale, baptisée « Gestion des campagnols par les rapaces ».
« L'idée est simple, résume Didier Nabon de la LPO 41, il s'agit d'aider les agriculteurs concernés par cette lutte écologique, en leur donnant les moyens d'attirer des rapaces nocturnes sur leurs exploitations, et de les emmener là où les dégâts des campagnols sont les plus importants. »

15 agriculteurs engagés dans ce projet

Ambitieux et innovant, ce projet soutenu par la LPO nationale et la chambre d'agriculture de Loir-et-Cher, attend encore d'être validé par la Région (lire par ailleurs). Mais les partenaires ont décidé de s'engager quand même – « Le moment propice, c'est maintenant ! » –, dans la réalisation de la première étape : fournir à la ferme un logement de qualité aux rapaces, adapté à leurs besoins, et offrant toute la sécurité requise pour les nichées.
Voilà pourquoi, la semaine dernière, agriculteurs et membres de la LPO se sont retrouvés, avec les jeunes de l'atelier menuiserie du CDSAE d'Herbault, à découper, visser, ajuster les chambres d'hôtes de luxe spéciales chouettes !
Chez les 15 agriculteurs engagés dans ce projet seront donc très prochainement installés un nichoir à chouette effraie et un nichoir à chouette chevêche. André Peschard, agriculteur à La Chapelle-Vendômoise et membre du comité de pilotage de la LPO 41, a déjà testé le dispositif, avec succès. « Depuis deux ans que des chouettes effraies nichent chez moi, je n'utilise plus aucun raticide dans les bâtiments et granges. »
Il reste encore à emmener les rapaces sur les parcelles infestées de campagnols. Une étape cruciale, nécessitant un travail d'expertise que la LPO 41 est prête à assurer, si la Région valide son engagement. Pour le bénéfice des rapaces, des agriculteurs et de l'environnement.

119846013_slider.jpgUn exemple de dégât de campagnol sur un pied de colza. - (Photo NR, Jérôme Dutac)

Lire l'article complet ici.

Publié le : Vendredi 03 février 2017 @ 09:59:30

Rechercher dans Chouettes Hiboux

: Galettes

Apres avoir mangé les galettes voici les fèves.

administrateur_1485255751.jpg

administrateur_1485255789.jpg

Publié le : Mardi 24 janvier 2017 @ 12:16:10

Rechercher dans Vos videos

Fête des lumières à Lyon

Publié le : Dimanche 11 décembre 2016 @ 11:07:54

Rechercher dans Chouettes

: Une chouette s'invite à l'école

13 classes, soit 8 écoles, ont participé à la création d'une œuvre en volume présentant une chouette dans son environnement, en référence à la chouette chevêche, espèce protégée, emblématique de la biodiversité du bocage de Picardie Maritime.

25223-161123153251130-51-630x0.jpg

Les classes de Ponthoile, Abbeville (école Sainte Marie) Miannay et Drucat ont été récompensées lors d’un concours organisé par Baie de Somme 3 Vallées en partenariat avec Picardie Nature dans le cadre d’une sensibilisation à la préservation du bocage.

Conçu en direction des élèves d’écoles primaires (à partir de 7 ans), ce concours a vu la participation de 13 classes soit 8 écoles. Les élèves ont participé à la création d’une œuvre en volume présentant une chouette dans son environnement, en référence à la chouette chevêche, espèce protégée, emblématique de la biodiversité du bocage de Picardie Maritime.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Mardi 29 novembre 2016 @ 10:14:01

Rechercher dans Chouettes

: Discret bagueur de chouettes

Si vous êtes amateur de balades en campagne, vous aurez peut-être déjà croisé Patrick Albrecht au détour d’un sentier. Muni de son échelle extensible, il arpente régulièrement les forêts et les vergers genevois, le regard fixé sur le haut des arbres. Son but: inspecter et réparer les nichoirs à chouettes installés de part et d’autre du canton. «Il faut vérifier qu’ils ne soient pas abîmés et que les bébés aient bien quitté le nid, glisse-t-il. Et puis j’en profite également pour faire un peu de ménage.» En d’autres termes, il retire pêle-mêle des pelotes régurgitées, des excréments ou des restes de proies rescapées d’un festin. Un hobby que ce Lancéen effectue depuis plus de vingt ans.

Attablé au Café Julienne, le quadragénaire nous raconte timidement sa passion, étonné de notre intérêt. Pourtant, Patrick Albrecht ne se contente pas d’offrir des foyers temporaires aux rapaces nocturnes une fois l’automne venu. Il leur rend également visite au printemps afin de baguer les bébés fraîchement sortis de leur œuf. «C’est la cerise sur le gâteau. Le moment ou l’on peut enfin voir si le travail effectué a porté ses fruits. Cette année, nous avons recensé quatre-vingt-cinq territoires de Chevêches d’Athéna (le nouveau nom scientifique donné aux chouettes Chevêches). C’est la première fois que nous en avons autant», murmure-t-il, ravi.

Gypaète et chouette hulotte

Animateur socioculturel à la maison onésienne, ce quadragénaire dédie environ deux cents heures par année aux rapaces. «C’est avant tout une passion. J’ai besoin d’être en contact avec la nature et j’aime tous les animaux, mais les oiseaux sont ceux que l’on peut aider le plus facilement. Et puis il y a un côté magique dans leurs apparitions soudaines.»

Initié à l’observation des volatiles dès son plus jeune âge par son grand-père, c’est surtout à la suite d’une visite au Zoo La Garenne que le jeune homme se découvre une passion pour l’ornithologie. «J’avais trouvé une plume de Gypaète au sol, ça a été l’élément déclencheur.» Alors âgé de 12 ans, il se plonge dans les ouvrages spécialisés et se lance dans de longues balades d’observation.

topelement.jpg

Lire la suite ici.

Publié le : Lundi 17 octobre 2016 @ 17:02:39

Rechercher dans Hiboux

Nouvel envol pour le jeune hibou

Mi-aout un Hibou moyen duc avait été récupéré sur Chantemerle dans le Briançonnais par un visiteur italien. Complètement épuisé l'oiseau était arrivé à l'office de tourisme perché sur son l'épaule. "Quand je suis allé le récupérer, il était prostré et n'ouvrait même plus les yeux" commente Hélène Quellier, chef du secteur Briançonnais-Vallouise du Parc national des Ecrins. "Après quelques souris, il a repris du poil de la bête !"
Michel Phisel du centre de soin de la faune sauvage l'a ensuite récupéré et mis en volière pour que l'oiseau reprenne des forces et du muscle.

img4103bis.jpg

 

Publié le : Mercredi 05 octobre 2016 @ 13:28:52

Rechercher dans Chouettes

: LE CHOUETTE CHEVÊCHE FAIT SON NID DANS LES YVELINES !

Publié le : Samedi 17 septembre 2016 @ 12:33:54

Rechercher dans Passion

: Chouettes, hiboux, hérissons : les pensionnaires d'un centre de soins de la faune sauvage

Publié le : Mardi 06 septembre 2016 @ 16:00:54

Rechercher dans Hiboux

: Trouvez le hibou ?

14247971_10209953660176198_1517513031_o.jpg

Publié le : Lundi 05 septembre 2016 @ 15:25:30

Rechercher dans Photographies

: Trouvez la chouette ?

14248086_10209934145968355_1165352058_o.jpg

Publié le : Samedi 03 septembre 2016 @ 21:24:57

Rechercher dans Chouettes

: Une chevêche accrochée dans le filet du goal de mon gamin !

Ce matin, je passe dans le jardin, une chevêche accrochée dans le filet du goal de mon gamin ! Ca fait quelque jours qu'on l'entend trainer la nuit ... je n'aurais jamais pensé qu'elle allait aller s'y coincer.

Plus de peur que de mal, quelque coups de ciseaux et elle a pu repartir sans être blessée. Elle avait l'air encore plus surprise que moi. :)

Morale de l'histoire : il y a beaucoup de choses qui peuvent constituer un piège pour les oiseaux (Noctua Chevêche).

J'espère que ça ne l'aura pas refroidi et qu'elle viendra encore chasser dans le jardin (aménagé pour elle : fruitiers + parcelle partiellement fauchée).

14192790_10154113571358778_6476044699662887569_n.jpg

Jean-François Pinget

Publié le : Lundi 29 août 2016 @ 13:46:19

Rechercher dans Hiboux

: Découvert blessé dans une école il y a trois mois, ce hibou Grand-duc a retrouvé sa liberté

Il y a trois mois, on retrouvait un hibou Grand-duc blessé dans l'école maternelle du village. Alertés, les bénévoles de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) l'avaient emmené chez un vétérinaire de Saint-Maximin, qui avait diagnostiqué un traumatisme crânien, très certainement dû à une collision avec une voiture.

Transféré et pris en charge au Centre régional de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux (Vaucluse), l'oiseau a peu à peu retrouvé son aptitude à volé.

33866147.jpg
Pierre Venel, du groupe LPO Sainte-Baume Val d'Issole.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Dimanche 21 août 2016 @ 19:50:54

Rechercher dans Chouettes Hiboux

Bars à hiboux - DES PHOTOS ACCABLANTES

Ces bars, où les clients viennent manipuler et caresser des rapaces attachés, se développent au Japon.

Animal Rights Center Japan dénonce la maltraitance de ces oiseaux et nous demande de les aider.

Vidéos ici.

► Signons et partageons leur pétition: http://bit.ly/petition-bars-hiboux

Publié le : Dimanche 07 août 2016 @ 19:48:09

Rechercher dans Chouettes

: CHOUETTE EFFRAIE DES TROSSACHS - ÉCOSSE

Publié le : Samedi 06 août 2016 @ 18:30:41

Rechercher dans Chouettes

: Les feux de forêts aux Etats-Unis menacent les chouettes tachetées

Les feux de forêts qui ravagent l'ouest des Etats-Unis peuvent, à long terme, provoquer l'extinction des chouettes tachetées en Californie.

MEGAFIRE : C'est ainsi que les américains appellent les feux qui ravagent de plus en plus souvent l'ouest des Etats-Unis. Pour obtenir ce statut, un feu de forêt doit brûler au minimum 25.000 hectares de terre. L'incendie de Soberanes qui n'est pas encore maîtrisé, en a déjà brûlé plus de 45.000. Le réchauffement climatique provoque une augmentation du nombre de ces catastrophes écologiques. En plus d'être de plus en plus fréquents, ces feux sont également plus ravageurs. La forêt, asséchée par la hausse des températures, est facilement inflammable. La destruction des arbres engendre un bouleversement des écosystèmes ce qui menace, à long terme, de nombreuses espèces d'animaux. C'est le cas de la chouette tachetée (Strix occidentalis) en Californie.

"Une chouette tachetée utilisait un arbre l'année dernière qui est, aujourd'hui, un cratère"

Dans une étude publiée en août 2016 dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment, des chercheurs de l'université du Wisconsin à Madison (Etats-Unis) ont étudié l'exode de cette espèce de rapace après le feu qui a ravagé 99.000 hectares en Californie pendant un mois en 2014. Pour les scientifiques, le préjudice a été énorme : 30 à 45 territoires occupés par les chouettes tachetées du nord sont partis en fumée. Ces sites étaient étudiés depuis 1993 par les scientifiques, la perte pour l'étude de cet écosystème est donc immense. Ces feux provoquent la fuite des rapaces vers des endroits plus propice à la vie mais engendre également la mort de certains oiseaux qui n'ont pas réussi à s'échapper. "Une chouette tachetée utilisait un arbre l'année dernière qui est, aujourd'hui, un cratère. L'arbre a tellement chauffé qu'il a explosé" raconte Gavin Jones, le scientifique qui a piloté cette étude.

chtachetee.jpg
© Tom Gallagher/AP/SIPALes feux de forêts répétés aux Etats-Unis menacent les chouettes tachetées © Tom Gallagher/AP/SIPA

Lire l'article complet ici.

Publié le : Samedi 06 août 2016 @ 10:01:02

Rechercher dans Chouettes Hiboux

: Le RPI protège les rapaces nocturnes

L'association La Frênette, gestionnaire de la réserve naturelle régionale d'Aulon, a présenté, avec le concours du Parc national des Pyrénées, secteur vallée d'Aure, en matinée, à l'école d'Ancizan, une animation insolite pour faire connaître les chouettes et les hiboux aux élèves de CM1 et CM2, classes d'enseignement d'Eva Fantapie-Hamang. Ont été abordés, durant la première séquence de l'animation, la vie de ces oiseaux, aussi attachants que fragiles, leur histoire, leur biologie, leur mode de vie, le tout sous forme d'un diaporama commenté, ludique et interactif. Outre cette approche écologique des espèces, cinq ateliers pratiques ont permis aux élèves de comprendre l'étude du régime alimentaire de ces rapaces nocturnes (dissection de pelotes de réjection), de découvrir les menaces qui les guettent (destruction des habitats, raréfaction des sites de nidification, intensification agricole, trafic routier, éclairage nocturne) et de s'initier à des gestes simples pour les sauvegarder (fabrication d'un nichoir à chouette effraie). Les élèves ont même pu apprendre à reconnaître les bruits à la fois poétiques et mystérieux de la nuit.

Enfin, une évaluation sous forme de quizz a permis aux animateurs, Rémi Laffitte, garde animateur; Camille, Vincent, Clément, Marc, stagiaires; Adélaïde, service civique de la réserve d'Aulon, et Germain Besson, garde moniteur du Parc national des Pyrénées, de tester les connaissances acquises, durant la matinée, par ces jeunes naturalistes en herbe. Désormais, chouette hulotte, chevêche d'Athéna, effraie des clochers, hiboux moyen et grand-duc n'ont plus de secrets pour les élèves de l'école d'Ancizan.

201607161489-full.jpg

Lire l'article complet ici.

Publié le : Dimanche 17 juillet 2016 @ 09:49:54

Rechercher dans Chouettes Hiboux

: Bébés chouettes et hiboux!

Il est habituel et normal que les jeunes hulottes (ou les jeunes hiboux) sortent du nid avant d'être capable de voler.
Ces jeunes rapaces nocturnes ne sont pas du tout abandonnés ! Toutes les nuits, les adultes viennent les ravitailler là où ils sont, répondant à leurs appels.
Petit à petit les jeunes s'habituent à voler, à chasser, et deviennent indépendants.
Il est donc important de les laisser sur place !
Cependant, si un danger immédiat les menace (route, chats ou chiens…), on peut, sans les éloigner de plus d'une trentaine de mètres :
- les mettre sur une branche en hauteur,
- ou les placer dans un fourré au pied d'un arbre incliné, où ils grimperont eux-mêmes petit à petit.

Attention, les coups de griffes sont à éviter à cause des risques d'infection. Présenter à l'oiseau un tissu ou un vêtement qu'il agrippera instinctivement dans ses serres. Le manipuler calmement, en l'attrapant par dessus et par derrière, avec des gants en cuir ou un tissu épais : une main tient le haut des pattes, et l'autre, sur le dos, maintient les ailes contre le corps. Ne pas hésiter à couvrir la tête.

bebech.jpg

 

Publié le : Vendredi 20 mai 2016 @ 11:22:16

Rechercher dans Livres

: Le secret de la chouette de Dijon

chouette-de-dijon.jpg

Le conte, écrit par Magali Lautrou et illustré par Jean-François Drouin, nous raconte les aventures fantastiques d’une jolie petite chouette effraie, Agathe, dans le Dijon du Moyen-Âge. Symbole de malheur et persécutée à cette époque, elle va devenir, grâce à son courage et à l’amour d’un enfant, l’oiseau porte-bonheur de la ville.

Publié le : Lundi 16 mai 2016 @ 11:12:43

Rechercher dans Passion

Petits cadeaux entre amies!

IMG1021.jpg

Merci Marie-Eline.

Publié le : Vendredi 13 mai 2016 @ 17:01:30

Rechercher dans Chouettes

: Michel Rawicki : l'appel du froid

Depuis plus de 20 ans, Michel Rawicki parcourt les régions les plus froides du globe. Il en rapporte des photographies pleines d'amour pour ces contrées où l'homme et les animaux polaires s'aiment, cohabitent ou s'affrontent. En parcourant son portfolio à ciel ouvert (sur les grilles du Jardin du Luxembourg, à Paris jusqu'au 17 juillet), il nous convainc de l'impérieuse nécessité de la préservation d'une communion entre hommes, environnement et animaux. Il évoque ainsi avec nous quelques-unes des plus belles images de "L'appel du froid".



Chouette harphang. Canada, région de Barrie, Ontario.

Lire l'article ici.

Publié le : Mardi 03 mai 2016 @ 16:21:33

Rechercher dans Chouettes

: Chouette !

Mon fils a trouvé cette petite chouette près de Toulouse, il l'a amené à l'école vétérinaire à Lardennes qui va essayer de la sauver pour la remettre ensuite en liberté.
Philippe R

administrateur_1460692439.jpg

Publié le : Vendredi 15 avril 2016 @ 05:58:00

Rechercher dans Passion

DIJON : Le 1er Trail de la Chouette

A l’heure ou le trail et le running ne cessent de faire de plus en plus d’adeptes, le rendez-vous de ce dimanche est déjà un succès.

Organisée par la section Trail du Dijon Triathlon, la course de ce dimanche 10 avril affiche complet depuis déjà de nombreuses semaines avec 500 participants. 300 s’élanceront sur le parcours de la Chevêchette de 12 km, une course dédiée à la découverte du Trail et du parc naturel de la Combe à la Serpent (passage par les cadoles, le Rucher, le mémorial des aviateurs). Le Grand-Duc sera lui réservé à 200 traileurs aguerris. Le parcours de 29 km empruntera les chemins de la Combe à la Serpent, avec des passages sur les communes de Plombières, Velars sur Ouche et Corcelles. Le départ sera donné de l’observatoire de la Combe à la Serpent (parking des hautes plates). Mais la spécificité de ce trail sera un engagement sociétal fort comme le respect de l’environnement comme l’a précisé Marc Chaveriat du Trail de la chouette à Infos-Dijon.com

« C’est vraiment l’esprit des trailleurs que d’avoir un respect de l’environnement et de la nature. D’ailleurs nous avons organisé ces derniers jours des sessions de nettoyages avant la course de ce dimanche. Même si la Combe à la Serpent est un parc naturel très propre, dès que l’on s’éloigne un peu des sentiers, il y a souvent des incivilités. D’ou la nécessité de ce nettoyage. On a aussi voulu donner à cette journée une notion sociétale avec le soutien de l’association, Les Chouettes du Coeur, qui vient en aide auprès des personnes âgées ou encore des enfants malades, avec des animaux comme des hiboux et des chouettes. On va également reverser 1€ par participants, c’est à dire 500€ à cette association qui sera d’ailleurs présente dimanche, avec des oiseaux, toute la journée sur le site du départ ».

traildijon.jpg
Le Trophée pour les vainqueurs réalisé par des élèves du lycée professionnel Saint-Joseph de Dijon

Lire l'article complet ici.

 

Publié le : Lundi 11 avril 2016 @ 14:53:15

Rechercher dans Chouettes

La Chouette : bientôt une nouvelle monnaie à Dijon ?

Une conférence se tient ce jeudi 7 avril 2016 soir à la Péniche Cancale à Dijon pour en apprendre plus sur le boom des monnaies locales en France. À Dijon, une association tente d'y instaurer "la chouette" comme nouvelle monnaie, en se basant sur un exemple qui marche : "La Gonette" à Lyon.

Payer ses courses avec des "chouettes" et non plus des Euros : Ce sera peut-être bientôt possible.

La Péniche Cancale accueille en tout cas un groupe de discussion autour des monnaies locales ce jeudi soir à 18h, qui milite pour la création d'une monnaie locale propre à l'agglomération dijonnaise.
« Faire une monnaie locale complémentaire à l'Euro permet de s'assurer que l'argent en circulation va bien dans l'économie locale et ne pars pas sur les marchés financiers, en bourse, dans les spéculations etc...» souligne Sébastien Tagliana.

Et ce chef de projet sait de quoi il parle : sa monnaie locale sur l'agglomération lyonnaise, la "gonette" se développe à vitesse grand V.

Aujourd'hui, quelques milliers de gonettes sont échangées chaque jour. «La circulation de l'Euro, c'est à 98% sur les marchés boursiers. Avec une monnaie locale, le citoyen se réapproprie les règles du jeu en mettant l'humain, la nature et les commerces locaux au cœur des préoccupations, et est certains que ce qu'il payent servira à faire marcher le local.»

Lire l'article complet ici.

La Chouette, projet de monnaie locale à Dijon

Publié le : Jeudi 07 avril 2016 @ 11:24:26

Rechercher dans Expostions

: Henri-Michel-Antoine Chapu

Henri-Michel-AntoineChapu.jpg

Un hibou et un personnage avec un chapeau.
 
Paris, musée d'Orsay, conservé au musée du Louvre

Publié le : Jeudi 31 mars 2016 @ 15:49:48

Rechercher dans Photographies

: Salon du chocolat Dijon (21000)

Avec Sébastien Hénon, chocolatier "conjugueur de saveurs".

Publié le : Dimanche 13 mars 2016 @ 10:06:44

Rechercher dans Chouettes

: Des chouettes pour aider les agriculteurs à lutter contre les campagnols

Petit rongeur herbivore, le campagnol terrestre est la cause de dégradations importantes des prairies de moyenne altitude qu’il colonise. Il est également appelé souvent « rat taupier ».
Expulsant la terre sur son passage, il y crée de petits monticules de terre (tumulus) au fil d’un réseau de galeries pouvant atteindre 60 m. Il y consomme également quotidiennement son équivalent en poids de racines : pissenlits, légumineuses, bulbes et rhizomes. Sans parler de sa capacité de reproduction conséquente : la descendance d’un couple de campagnols sur une année peut atteindre plus d’une centaine d’individus.

Des pertes importantes pour les éleveurs.
La pullulation du campagnol provoque des pertes importantes pour les agriculteurs, avec un rendement en fourrage qui chute de 50 % en moyenne et parfois jusqu'à - 80 %. La présence de terre dans les fourrages a des conséquences directes sur la qualité des fourrages. Sur la santé des éleveurs également, puisqu’ils inhalent la poussière de terre lors de la distribution du foin aux animaux. Les pertes financières sont indéniables, puisque l'éleveur doit acheter du fourrage et remettre en état les prairies.

La lutte sans produits chimiques
Afin de diminuer les populations de campagnols terrestres sans utiliser de produits chimiques, le Parc national des Pyrénées, la Chambre d’Agriculture des Hautes-Pyrénées le Groupement de Vulgarisation Agricole Aure et Louron (GVAAL) et les agriculteurs de la vallée d’Aure travaillent à des solutions qui se veulent exemplaires pour la biodiversité et la santé de tous. La plus emblématique est sans doute le renforcement de la population de prédateurs naturels des campagnols tels que les chouettes effraies. Les agents du Parc national ont étudié avec neuf agriculteurs, l’emplacement les plus favorables à l’installation de nichoirs à Chouette effraie. *Aimant la présence de l'homme, ces rapaces affectionnent les bâtiments agricoles. Neuf nichoirs sont désormais installés, d’autres visites permettront d’en compléter le nombre. Leur occupation est attendue pour l’automne, à l’occasion de l’envol des jeunes de cette année.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Vendredi 11 mars 2016 @ 09:50:27

Rechercher dans Associations

: Le Muggle Quidditch, c'est quoi?

Le Muggle Quidditch, sport que nous pratiquons depuis maintenant un an est un sport nous venant des Etats-Unis, mais avant ça, il vient bien entendu de la saga Harry Potter créé par J.K. Rowling. La façon d'y jouer n'étant pas exactement comme les règles de la saga littéraire (par exemple, nous ne volons pas :P ), méritent quelques explications de notre part. En voici un bref exposé:

Les balles :

- Le souaffle: C'est la balle à lancer dans les cerceaux pour marquer. C'est une balle de volley légèrement dégonflée.
- Les cognards: Il y en a 3 sur le terrain. Ils permettent d'éliminer les joueurs adverses. Ce sont des balles de dodge ball. 

- Le vif d'or: Une balle de tennis glissée dans une chaussette attachée dans le dos d'une personne neutre habillé tout en jaune et qui n'a pas de balai contrairement aux autres joueurs.
Le joueur qui l'attrape clôt le match et donne 30 points à son équipe.
Le vif d'or dispose de 40 secondes avant le début du match pour s'enfuir et se cacher. Il a absolument tous les droits. Sa seule obligation est de retourner sur le terrain au bout d'un certain temps convenu au préalable avec l'arbitre, et d'y rester. Si le vif d'or tombe au sol, il a une immunité qui s'étend jusqu'à 3 secondes une fois qu'il s'est relevé.

Les joueurs
Une équipe peut comporter au maximum 21 joueurs pour les remplacements, mais sept joueurs seulement sont présents sur le terrain :

Trois Poursuiveurs:
Ils jouent seulement avec le souaffle dans le but de le lancer dans un des trois cerceaux adverses. A chaque fois qu'un joueur marque, il fait gagner dix points à son équipe. On peut marquer par l'avant et par l'arrière des cerceaux.

Le gardien de but: Un peu comme un gardien volant au foot, il protège les buts et joue également le même rôle qu'un poursuiveur. Il a immunité contre les cognards dans sa zone, mais une fois sorti de sa zone il est considéré comme un pousuiveur.

Deux batteurs: Ils jouent seulement avec les cognards. Ils peuvent éliminer n'importe quel joueur.

L'attrapeur: C'est le joueur qui est chargé d'attraper le vif d'or.

Les joueurs peuvent changer de poste au cours du match, suivant un rituel précis : le joueur doit sortir du terrain pour échanger son poste avec un autre joueur. Les rôles sont définis et rendus visibles grâce à des bandeaux (blanc pour les poursuiveurs, noir pour les batteurs vert pour le gardien et jaune pour l'attrapeur).

Les buts:
Les buts sont composés de 3 cerceaux de même diamètre mais de hauteurs différentes (90cm, 1m40, 1m90), ils sont disposés en ligne et sont espacés d'un mètre chacun. Ils rapportent tous le même nombre de points : 10.

Quelques règles :
- Le quidditch est une activité mixte et la présence d'un minimum de deux filles ou deux hommes (sans compter l'attrapeur) sur le terrain est requise à chaque instant du match et dans chaque équipe.

- Un joueur ne peut être éliminé seulement pour deux raisons:
Lorsqu'il est touché par un cognard.
lorsqu'il a lâché son balai.
Tout joueur éliminé doit retourner toucher ses buts pour pouvoir rentrer à nouveau dans le jeu.

- Quand un joueur est sanctionné par un carton jaune, il doit sortir du terrain pendant une minute ou jusqu'à ce que l'équipe adverse marque un but.

Le site chouettes.com soutien Dijon Quidditch.

Publié le : Lundi 29 février 2016 @ 15:27:41

Rechercher dans Chouettes

: Fascinants oiseaux de proie

Le refuge Chouette à voir !, à Saint-Jude, en Montérégie, soigne les oiseaux de proie blessés et les remet en liberté quand ils sont guéris. Il garde aussi plusieurs pensionnaires dont la condition ne permet pas de les renvoyer dans la nature.

Chouette à voir ! ouvrira ses portes au public pendant deux week-ends. Ce sera l'occasion de voir de près aigles, chouettes, hiboux, faucons et autres éperviers, d'en apprendre plus à leur sujet et même, si le temps le permet, d'assister à la mise en liberté de certains d'entre eux. Au programme : animation, visite des volières, raquette, glissade, marche et safari nocturne en forêt !


PHOTO FOURNIE PAR FITZGÉRALD GUY

Lire l'article complet ici.

Publié le : Samedi 27 février 2016 @ 21:37:19

Rechercher dans Hiboux

: HAUTE-SAÔNE : APRÈS TROIS MOIS DE CONVALESCENCE, LE GRAND-DUC RETROUVE SA LIBERTÉ

Vesoul. Une légère impulsion a suffi à le propulser dans les airs. Pour sûr, le hibou grand-duc va mieux. Il a été relâché mercredi en fin d’après-midi, dans la plaine de Saône, non loin de Port-d’Atelier (Haute-Saône). Là même où il avait été découvert blessé un lundi matin, fin octobre.

« Je l’ai trouvé l’aile prise dans les barbelés », raconte Christophe, un habitant du secteur qui promenait son chien ce matin-là et a découvert l’animal. « J’ai tout de suite vu qu’il s’agissait d’un grand-duc, grâce à ses grandes aigrettes. Il était encore vif, claquait du bec, s’agitait. Il n’était pas là depuis longtemps. » Le chasseur a alors prévenu le président de l’association communale de chasse agréée. Les deux hommes n’ont pas osé toucher l’animal, une espèce rare et protégée depuis 1976, et préféré alerté l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). « Ils ont coupé le barbelé et mis l’animal en cage en quelques gestes seulement. » Christophe a souhaité assister à la remise en liberté du splendide animal, le plus grand rapace nocturne d’Europe dont seuls 500 couples sont recensés en France. « Jamais je n’en avais vu d’aussi près, c’était une belle rencontre. »

Lire l'article complet ici.

Publié le : Jeudi 18 février 2016 @ 13:20:23

Rechercher dans Chouettes

: Deux harfangs des neiges " recrutés "

Leurs noms, Brume et Alaska. Deux harfangs des neiges, des chouettes nées en juin 2015, sont arrivés il y a quelques semaines à l'Aquashow, à Audierne. Ils sont actuellement en cours de dressage pour participer aux spectacles proposés cet été au public de l'aquarium.
Ces deux mâles, de grands oiseaux blancs aux yeux jaunes, emblème aviaire du Québec, sont appelés aussi chouette harfang en Europe. En revanche, en Amérique du Nord (Canada), il est considéré comme un hibou, avec ses petites plumes sur la tête. Brume et Alaska sont actuellement en cours de dressage, à l'Aquashow d'Audierne, afin de participer aux spectacles d'oiseaux proposés au public. « Ils seront prêts pour l'été. Nous profitons de l'hiver pour leur apprendre les divers exercices », explique Margaux Le Gall, soigneur animalier. Mais il n'y a pas que du côté des volatiles que ça s'agite. Au sein de la communauté des poissons, trois petits requins « hâ » (appelés aussi milandre), à grand aileron, sont arrivés dans le bassin géant.



Margaux Le Gall, soigneur animalier, présente Alaska, l'un des harfangs des neiges accueillis à l'Aquashow

Lire l'article complet ici.

Publié le : Mardi 16 février 2016 @ 12:25:13

Rechercher dans Hiboux

Un employé de SaskTel repère un hibou à l'aile fracturée

Un hibou blessé récupère pleinement au centre de sauvetage Salthaven West de Regina, après qu'il a été repéré par un employé de SaskTel.

L'animal tentait de grimper sur un arbre avec ses pattes plutôt qu'avec ses ailes, selon Salthaven West. Il s'était hissé à près de cinq mètres de haut.

L'organisme d'aide aux animaux a constaté qu'une des ailes n'« était pas dans une position normale », et a dépêché un bénévole pour l'attraper à l'aide d'une échelle.

L'oiseau s'est blessé à la tête et a fracturé son aile. La directrice des opérations de Salthaven West, Megan Lawrence, explique que de telles blessures sont fréquentes à cette période de l'année, en raison d'une pénurie de nourriture.

« Lorsqu'ils voient une proie, ils peuvent s'envoler devant une voiture et se faire frapper accidentellement. Des fois, il n'y a rien que les gens peuvent faire pour les éviter », dit-elle.

Le hibou a un bon pronostic et se rétablira, rassure l'organisation.

Le hibou a été secouru par le centre de sauvetage Salthaven West de Regina. Photo : Salthaven West

Lire l'article complet ici.

Publié le : Lundi 15 février 2016 @ 21:35:53

Rechercher dans Chouettes

: Thoisy-la-berchère : une chouette effraie sauvée par des habitants

Fin janvier, un couple se retrouve nez à bec avec une chouette effraie en mauvaise posture dans un champ du Morvan. Fort heureusement, ils ont eu le bon réflexe… à tel point que l'animal est sorti d'affaire et retrouvera bientôt sa liberté.

La chouette femelle, âgée de deux ans, souffrait d’un traumatisme crânien et d’une lésion à l’œil gauche, vraisemblablement à la suite d’un choc avec une voiture. Photo SDR

Lire l'article du BP ici

Publié le : Dimanche 14 février 2016 @ 10:05:57

Rechercher dans Chouettes

: Morbihan. Avez-vous vu la chouette chevêche ?

L’oiseau, qui se fait rare en France, est présent dans le sud-est du Morbihan et sur le littoral. C’est ce qui ressort de l’étude de l’association Bretagne vivante.

Depuis février 2015, la chouette chevêche fait l’objet en Morbihan d’une enquête de la part de l’association Bretagne vivante. Les premières tendances de l’étude indiquent une présence de l'oiseau plus importante dans le sud-est du département et sur le littoral.

"Une espèce importante"

" C’est une espèce importante mais peu étudiée dans le département. Pour nous, c’est une porte d’accès au monde agricole, qui l’apprécie, observe Martin Diraison. Elle est très intéressante pour parler de biodiversité en milieu rural. Quand on va au contact des gens, souvent ils savent dire s’il y en a une près de chez eux. Et ils sont prêts à accueillir des nichoirs pour lui venir en aide."

Cent trente-sept mâles chanteurs

Alors qu’il existe un réseau efficace en France et en Europe pour étudier et suivre l’espèce, le Morbihan ne pouvait plus rester à la traîne. "Entre février et avril 2015 (la saison des amours), on a mené une première prospection pour évaluer sa présence." Cinquante-sept bénévoles et sympathisants de Bretagne vivante, répartis de façon homogène dans le département, ont mis sur écoute 400 km2 de nature susceptibles d’accueillir la chevêche. Ils ont détecté 137 mâles chanteurs.

Lire l'article complet ici

Publié le : Jeudi 11 février 2016 @ 08:20:48

Rechercher dans Hiboux

: Un hibou grand-duc tué par des tirs de plombs à Saint-Romain-en-Jarez

A la fin du mois de janvier, un particulier a découvert un grand rapace nocturne mort au milieu d’un champ à Saint-Romain-en-Jarez. La ligue départementale de protection des oiseaux a envoyé sur place un ornithologue qui a identifié un hibou Grand-duc d’Europe, une espèce rare.
Après radiographie, il s’avère que l’oiseau est sans doute mort de faim suite à une blessure par tir.

Une plainte va être déposée pour destruction d’espèce protégée.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Vendredi 05 février 2016 @ 12:49:19

Rechercher dans Presse

: Le hibou, nouvelle terreur des bois pour un skieur

Un Albertain peut ajouter un animal à sa liste de prédateurs à craindre : un hibou l'a vigoureusement attaqué la semaine dernière, lors d'une randonnée en skis de fond.

« Tandis que je descendais une colline, j'ai senti quelque chose derrière ma tête, puis une douleur aiguë au crâne », s'est remémoré Miloslav Bozdech. « Je me suis retourné pour jeter un coup d'oeil, mais je n'ai rien vu. »

Le coupable s'est manifesté plus tard. Miloslav Bozdech a aperçu l'oiseau en train de planer dans le ciel, avant de se poser dans un arbre.

Il a donné un coup de pied dans l'arbre, et le rapace s'est envolé.

Le hibou n'a visiblement pas apprécié, puisqu'il est revenu à la charge une seconde fois. Il a attaqué Miloslav Bozdech de dos, à coups de griffes acérées.

Le malheureux s'est retrouvé avec plusieurs plaies au crâne. Il s'est fait dire que son agresseur pourrait être un Grand-duc d'Amérique, une espèce native de la région.

Qu'importe si sa lampe a effrayé l'animal, ou bien si celui-ci défendait simplement son territoire, Miloslav Bozdech a depuis retenu la leçon : il porte maintenant un casque de ski.

160202_yo81p_hibou_sn635.jpg
Méfiez-vous de cette adorable boule de plumes : le hibou peut aussi mener de redoutables attaques.  
Photo :  Chris Fisher/ICI Radio-Canada

Lire l'article complet ici

Publié le : Mercredi 03 février 2016 @ 10:50:47

Rechercher dans Hiboux

: Croyances : L’USS, les hiboux et les décès successifs

Plus une année ne passe sans que l’on enregistre de cas de mort après l’apparition de hiboux au sein de l’Université de sciences de santé (USS.

Le 12 janvier dernier, au cours d’une soutenance de thèse, Madeleine Okoumé Nkoumou s’est brusquement effondrée, avant de rendre l’âme. La cinquantaine révolue, l’infectiologue ne présentait pourtant aucun signe extérieur de maladie. Certains de ses collègues affirment avoir échangé avec elle quelques instants avant. Que s’est-il réellement passé pour que cette enseignante passe de vie à trépas? Ce décès alimente toutes les supputations. Surtout que l’année dernière, une technicienne de surface avait trouvé un hibou dans une salle hermétiquement fermée. Or, cet oiseau, objet de fantasmes divers, est considéré comme maléfique.

Aux dires de certains, les apparitions de hiboux sont suivies de décès ou d’affectations étranges. Au mois de mai 2014, un enseignant et un étudiant sont décédés après l’apparition d’un hibou. Récemment, un hibou a été brulé vif sur ordre de la doyenne. Nombreux pensent aujourd’hui que l’Université de sciences de santé est hantée par des esprits qui sèment la mort.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Lundi 18 janvier 2016 @ 20:30:18

Rechercher dans Chouettes

: Harfang des neiges

Un impressionnant voyageur a été capté en plein vol le matin du 3 janvier 2016, par les caméras de surveillance du réseau routier sur l'autoroute 40, à la hauteur du boulevard des Sources dans l'ouest de l'Île de Montréal.

Voici quelques clichés de ce magnifique harfang des neiges!

Publié le : Samedi 09 janvier 2016 @ 12:24:16