Agenda

Novembre 2017

L M M J V S D
   1 2345
678910 11 12
13141516171819
20212223242526
27282930   
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Chat Box
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

Rechercher dans Chouettes

: Nichoirs grand luxe pour chouettes gourmandes

Des rapaces dans les champs plutôt que du poison pour réguler les campagnols : c’est le pari commun de la LPO et d’un groupe d’agriculteurs.

D'un côté, il y a des agriculteurs, membres du groupe TCI (*), qui ne labourent plus leurs sols pour préserver leur potentiel agronomique, mais qui se retrouvent confrontés à des populations trop importantes de petits rongeurs, générateurs de dégâts dans leurs cultures.

De l'autre côté, il y a des rapaces nocturnes qui adorent les campagnols – un couple de chouettes effraies en mange entre 2.500 et 3.000 par an ! –, mais qui ont du mal à trouver dans ces plaines céréalières dépourvues d'arbres de bonnes conditions de vie.
Avec l'aide de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) de Loir-et-Cher et de son partenaire privilégié, le Centre départemental de soins, d'accompagnement et d'éducation (CDSAE) d'Herbault, les intérêts des agriculteurs et ceux des rapaces nocturnes vont désormais pouvoir se conjuguer, dans une opération expérimentale, baptisée « Gestion des campagnols par les rapaces ».
« L'idée est simple, résume Didier Nabon de la LPO 41, il s'agit d'aider les agriculteurs concernés par cette lutte écologique, en leur donnant les moyens d'attirer des rapaces nocturnes sur leurs exploitations, et de les emmener là où les dégâts des campagnols sont les plus importants. »

15 agriculteurs engagés dans ce projet

Ambitieux et innovant, ce projet soutenu par la LPO nationale et la chambre d'agriculture de Loir-et-Cher, attend encore d'être validé par la Région (lire par ailleurs). Mais les partenaires ont décidé de s'engager quand même – « Le moment propice, c'est maintenant ! » –, dans la réalisation de la première étape : fournir à la ferme un logement de qualité aux rapaces, adapté à leurs besoins, et offrant toute la sécurité requise pour les nichées.
Voilà pourquoi, la semaine dernière, agriculteurs et membres de la LPO se sont retrouvés, avec les jeunes de l'atelier menuiserie du CDSAE d'Herbault, à découper, visser, ajuster les chambres d'hôtes de luxe spéciales chouettes !
Chez les 15 agriculteurs engagés dans ce projet seront donc très prochainement installés un nichoir à chouette effraie et un nichoir à chouette chevêche. André Peschard, agriculteur à La Chapelle-Vendômoise et membre du comité de pilotage de la LPO 41, a déjà testé le dispositif, avec succès. « Depuis deux ans que des chouettes effraies nichent chez moi, je n'utilise plus aucun raticide dans les bâtiments et granges. »
Il reste encore à emmener les rapaces sur les parcelles infestées de campagnols. Une étape cruciale, nécessitant un travail d'expertise que la LPO 41 est prête à assurer, si la Région valide son engagement. Pour le bénéfice des rapaces, des agriculteurs et de l'environnement.

119846013_slider.jpgUn exemple de dégât de campagnol sur un pied de colza. - (Photo NR, Jérôme Dutac)

Lire l'article complet ici.

Publié le : Vendredi 03 février 2017 @ 09:59:30

Rechercher dans Chouettes

: Une chouette s'invite à l'école

13 classes, soit 8 écoles, ont participé à la création d'une œuvre en volume présentant une chouette dans son environnement, en référence à la chouette chevêche, espèce protégée, emblématique de la biodiversité du bocage de Picardie Maritime.

25223-161123153251130-51-630x0.jpg

Les classes de Ponthoile, Abbeville (école Sainte Marie) Miannay et Drucat ont été récompensées lors d’un concours organisé par Baie de Somme 3 Vallées en partenariat avec Picardie Nature dans le cadre d’une sensibilisation à la préservation du bocage.

Conçu en direction des élèves d’écoles primaires (à partir de 7 ans), ce concours a vu la participation de 13 classes soit 8 écoles. Les élèves ont participé à la création d’une œuvre en volume présentant une chouette dans son environnement, en référence à la chouette chevêche, espèce protégée, emblématique de la biodiversité du bocage de Picardie Maritime.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Mardi 29 novembre 2016 @ 10:14:01

Rechercher dans Chouettes

: Embellir son village, c'est chouette !

Pour la deuxième année consécutive, le village a été récompensé au concours départemental des villes et villages fleuris par un premier prix. Depuis de nombreuses années, Tabre participe à ce concours dans la catégorie des communes de 300 à 1 000 habitants et elle est rarement absente au palmarès. Les élus apprécient cette distinction, attachés à l’embellissement du cadre de vie des habitants. Les employés entretiennent les espaces verts et les massifs fleuris, dont la conception est à mettre à l’actif d’Amparo Bégué, l’épouse du maire du village. Elle est à l’initiative des nombreux massifs de rocaille qui égaient les rues, depuis le rond-point d’accès sur la route départementale 625 jusqu’au centre du village.

Lire l'article ici

Publié le : Vendredi 10 janvier 2014 @ 06:56:55

Rechercher dans Hiboux

: Un hibou sème la panique

L’oiseau rapace se baladait carrément au marché A en pleine journée.
 La matinée du vendredi 3 janvier 2014 a été particulièrement agitée chez les commerçants du marché A de Dschang.

Ils ont dû interrompre leurs diverses activités pendant plus d’une heure pour pourchasser et tuer un hibou qui survolait tranquillement les étales. «Il était environ 9h 30 min, le hibou s’est  d’abord posé sur le balcon de ma boutique. La fille avec qui je travaille qui l’a vu en premier, m’a aussitôt alerté. Lorsque je suis sorti pour essayer de l’arrêter, il s’est envolé», raconte avec frémissement un commerçant. Malheureusement, cet oiseau n’ira pas plus loin. Car à la prochaine boutique où, il va s’arrêter, le propriétaire des lieux  se montrera plus déterminé à mettre fin à son parcours. Avec l’aide des passants et des mototaximen, il réussira à neutraliser l’oiseau. «Il s’est caché dans une buse. Nous avons mis le feu pour le faire sortir», explique un acteur de la scène.
 Leur stratégie a visiblement porté des fruits. Puisqu’au bout de quelques minutes, le hibou sortira de sa cachette épuisé. Et ses bourreaux vont le capturer sans difficulté aucune. Puis, vont le calciner devant une immense foule de curieux.

Lire la suite ici

Publié le : Mardi 07 janvier 2014 @ 13:25:05