Agenda

Novembre 2017

L M M J V S D
   1 2345
678910 11 12
13141516171819
20212223242526
27282930   
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Chat Box
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

Rechercher dans Chouettes

: Discret bagueur de chouettes

Si vous êtes amateur de balades en campagne, vous aurez peut-être déjà croisé Patrick Albrecht au détour d’un sentier. Muni de son échelle extensible, il arpente régulièrement les forêts et les vergers genevois, le regard fixé sur le haut des arbres. Son but: inspecter et réparer les nichoirs à chouettes installés de part et d’autre du canton. «Il faut vérifier qu’ils ne soient pas abîmés et que les bébés aient bien quitté le nid, glisse-t-il. Et puis j’en profite également pour faire un peu de ménage.» En d’autres termes, il retire pêle-mêle des pelotes régurgitées, des excréments ou des restes de proies rescapées d’un festin. Un hobby que ce Lancéen effectue depuis plus de vingt ans.

Attablé au Café Julienne, le quadragénaire nous raconte timidement sa passion, étonné de notre intérêt. Pourtant, Patrick Albrecht ne se contente pas d’offrir des foyers temporaires aux rapaces nocturnes une fois l’automne venu. Il leur rend également visite au printemps afin de baguer les bébés fraîchement sortis de leur œuf. «C’est la cerise sur le gâteau. Le moment ou l’on peut enfin voir si le travail effectué a porté ses fruits. Cette année, nous avons recensé quatre-vingt-cinq territoires de Chevêches d’Athéna (le nouveau nom scientifique donné aux chouettes Chevêches). C’est la première fois que nous en avons autant», murmure-t-il, ravi.

Gypaète et chouette hulotte

Animateur socioculturel à la maison onésienne, ce quadragénaire dédie environ deux cents heures par année aux rapaces. «C’est avant tout une passion. J’ai besoin d’être en contact avec la nature et j’aime tous les animaux, mais les oiseaux sont ceux que l’on peut aider le plus facilement. Et puis il y a un côté magique dans leurs apparitions soudaines.»

Initié à l’observation des volatiles dès son plus jeune âge par son grand-père, c’est surtout à la suite d’une visite au Zoo La Garenne que le jeune homme se découvre une passion pour l’ornithologie. «J’avais trouvé une plume de Gypaète au sol, ça a été l’élément déclencheur.» Alors âgé de 12 ans, il se plonge dans les ouvrages spécialisés et se lance dans de longues balades d’observation.

topelement.jpg

Lire la suite ici.

Publié le : Lundi 17 octobre 2016 @ 17:02:39

Rechercher dans Chouettes

: LE CHOUETTE CHEVÊCHE FAIT SON NID DANS LES YVELINES !

Publié le : Samedi 17 septembre 2016 @ 12:33:54

Rechercher dans Passion

: Chouettes, hiboux, hérissons : les pensionnaires d'un centre de soins de la faune sauvage

Publié le : Mardi 06 septembre 2016 @ 16:00:54

Rechercher dans Chouettes

: Une chevêche accrochée dans le filet du goal de mon gamin !

Ce matin, je passe dans le jardin, une chevêche accrochée dans le filet du goal de mon gamin ! Ca fait quelque jours qu'on l'entend trainer la nuit ... je n'aurais jamais pensé qu'elle allait aller s'y coincer.

Plus de peur que de mal, quelque coups de ciseaux et elle a pu repartir sans être blessée. Elle avait l'air encore plus surprise que moi. :)

Morale de l'histoire : il y a beaucoup de choses qui peuvent constituer un piège pour les oiseaux (Noctua Chevêche).

J'espère que ça ne l'aura pas refroidi et qu'elle viendra encore chasser dans le jardin (aménagé pour elle : fruitiers + parcelle partiellement fauchée).

14192790_10154113571358778_6476044699662887569_n.jpg

Jean-François Pinget

Publié le : Lundi 29 août 2016 @ 13:46:19

Rechercher dans Hiboux

: Découvert blessé dans une école il y a trois mois, ce hibou Grand-duc a retrouvé sa liberté

Il y a trois mois, on retrouvait un hibou Grand-duc blessé dans l'école maternelle du village. Alertés, les bénévoles de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) l'avaient emmené chez un vétérinaire de Saint-Maximin, qui avait diagnostiqué un traumatisme crânien, très certainement dû à une collision avec une voiture.

Transféré et pris en charge au Centre régional de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux (Vaucluse), l'oiseau a peu à peu retrouvé son aptitude à volé.

33866147.jpg
Pierre Venel, du groupe LPO Sainte-Baume Val d'Issole.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Dimanche 21 août 2016 @ 19:50:54

Rechercher dans Chouettes

: CHOUETTE EFFRAIE DES TROSSACHS - ÉCOSSE

Publié le : Samedi 06 août 2016 @ 18:30:41

Rechercher dans Chouettes Hiboux

: Le RPI protège les rapaces nocturnes

L'association La Frênette, gestionnaire de la réserve naturelle régionale d'Aulon, a présenté, avec le concours du Parc national des Pyrénées, secteur vallée d'Aure, en matinée, à l'école d'Ancizan, une animation insolite pour faire connaître les chouettes et les hiboux aux élèves de CM1 et CM2, classes d'enseignement d'Eva Fantapie-Hamang. Ont été abordés, durant la première séquence de l'animation, la vie de ces oiseaux, aussi attachants que fragiles, leur histoire, leur biologie, leur mode de vie, le tout sous forme d'un diaporama commenté, ludique et interactif. Outre cette approche écologique des espèces, cinq ateliers pratiques ont permis aux élèves de comprendre l'étude du régime alimentaire de ces rapaces nocturnes (dissection de pelotes de réjection), de découvrir les menaces qui les guettent (destruction des habitats, raréfaction des sites de nidification, intensification agricole, trafic routier, éclairage nocturne) et de s'initier à des gestes simples pour les sauvegarder (fabrication d'un nichoir à chouette effraie). Les élèves ont même pu apprendre à reconnaître les bruits à la fois poétiques et mystérieux de la nuit.

Enfin, une évaluation sous forme de quizz a permis aux animateurs, Rémi Laffitte, garde animateur; Camille, Vincent, Clément, Marc, stagiaires; Adélaïde, service civique de la réserve d'Aulon, et Germain Besson, garde moniteur du Parc national des Pyrénées, de tester les connaissances acquises, durant la matinée, par ces jeunes naturalistes en herbe. Désormais, chouette hulotte, chevêche d'Athéna, effraie des clochers, hiboux moyen et grand-duc n'ont plus de secrets pour les élèves de l'école d'Ancizan.

201607161489-full.jpg

Lire l'article complet ici.

Publié le : Dimanche 17 juillet 2016 @ 09:49:54

Rechercher dans Chouettes Hiboux

: Bébés chouettes et hiboux!

Il est habituel et normal que les jeunes hulottes (ou les jeunes hiboux) sortent du nid avant d'être capable de voler.
Ces jeunes rapaces nocturnes ne sont pas du tout abandonnés ! Toutes les nuits, les adultes viennent les ravitailler là où ils sont, répondant à leurs appels.
Petit à petit les jeunes s'habituent à voler, à chasser, et deviennent indépendants.
Il est donc important de les laisser sur place !
Cependant, si un danger immédiat les menace (route, chats ou chiens…), on peut, sans les éloigner de plus d'une trentaine de mètres :
- les mettre sur une branche en hauteur,
- ou les placer dans un fourré au pied d'un arbre incliné, où ils grimperont eux-mêmes petit à petit.

Attention, les coups de griffes sont à éviter à cause des risques d'infection. Présenter à l'oiseau un tissu ou un vêtement qu'il agrippera instinctivement dans ses serres. Le manipuler calmement, en l'attrapant par dessus et par derrière, avec des gants en cuir ou un tissu épais : une main tient le haut des pattes, et l'autre, sur le dos, maintient les ailes contre le corps. Ne pas hésiter à couvrir la tête.

bebech.jpg

 

Publié le : Vendredi 20 mai 2016 @ 11:22:16

Rechercher dans Chouettes

: Michel Rawicki : l'appel du froid

Depuis plus de 20 ans, Michel Rawicki parcourt les régions les plus froides du globe. Il en rapporte des photographies pleines d'amour pour ces contrées où l'homme et les animaux polaires s'aiment, cohabitent ou s'affrontent. En parcourant son portfolio à ciel ouvert (sur les grilles du Jardin du Luxembourg, à Paris jusqu'au 17 juillet), il nous convainc de l'impérieuse nécessité de la préservation d'une communion entre hommes, environnement et animaux. Il évoque ainsi avec nous quelques-unes des plus belles images de "L'appel du froid".



Chouette harphang. Canada, région de Barrie, Ontario.

Lire l'article ici.

Publié le : Mardi 03 mai 2016 @ 16:21:33

Rechercher dans Chouettes

: Chouette !

Mon fils a trouvé cette petite chouette près de Toulouse, il l'a amené à l'école vétérinaire à Lardennes qui va essayer de la sauver pour la remettre ensuite en liberté.
Philippe R

administrateur_1460692439.jpg

Publié le : Vendredi 15 avril 2016 @ 05:58:00

Rechercher dans Chouettes

: Des chouettes pour aider les agriculteurs à lutter contre les campagnols

Petit rongeur herbivore, le campagnol terrestre est la cause de dégradations importantes des prairies de moyenne altitude qu’il colonise. Il est également appelé souvent « rat taupier ».
Expulsant la terre sur son passage, il y crée de petits monticules de terre (tumulus) au fil d’un réseau de galeries pouvant atteindre 60 m. Il y consomme également quotidiennement son équivalent en poids de racines : pissenlits, légumineuses, bulbes et rhizomes. Sans parler de sa capacité de reproduction conséquente : la descendance d’un couple de campagnols sur une année peut atteindre plus d’une centaine d’individus.

Des pertes importantes pour les éleveurs.
La pullulation du campagnol provoque des pertes importantes pour les agriculteurs, avec un rendement en fourrage qui chute de 50 % en moyenne et parfois jusqu'à - 80 %. La présence de terre dans les fourrages a des conséquences directes sur la qualité des fourrages. Sur la santé des éleveurs également, puisqu’ils inhalent la poussière de terre lors de la distribution du foin aux animaux. Les pertes financières sont indéniables, puisque l'éleveur doit acheter du fourrage et remettre en état les prairies.

La lutte sans produits chimiques
Afin de diminuer les populations de campagnols terrestres sans utiliser de produits chimiques, le Parc national des Pyrénées, la Chambre d’Agriculture des Hautes-Pyrénées le Groupement de Vulgarisation Agricole Aure et Louron (GVAAL) et les agriculteurs de la vallée d’Aure travaillent à des solutions qui se veulent exemplaires pour la biodiversité et la santé de tous. La plus emblématique est sans doute le renforcement de la population de prédateurs naturels des campagnols tels que les chouettes effraies. Les agents du Parc national ont étudié avec neuf agriculteurs, l’emplacement les plus favorables à l’installation de nichoirs à Chouette effraie. *Aimant la présence de l'homme, ces rapaces affectionnent les bâtiments agricoles. Neuf nichoirs sont désormais installés, d’autres visites permettront d’en compléter le nombre. Leur occupation est attendue pour l’automne, à l’occasion de l’envol des jeunes de cette année.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Vendredi 11 mars 2016 @ 09:50:27

Rechercher dans Chouettes

: Fascinants oiseaux de proie

Le refuge Chouette à voir !, à Saint-Jude, en Montérégie, soigne les oiseaux de proie blessés et les remet en liberté quand ils sont guéris. Il garde aussi plusieurs pensionnaires dont la condition ne permet pas de les renvoyer dans la nature.

Chouette à voir ! ouvrira ses portes au public pendant deux week-ends. Ce sera l'occasion de voir de près aigles, chouettes, hiboux, faucons et autres éperviers, d'en apprendre plus à leur sujet et même, si le temps le permet, d'assister à la mise en liberté de certains d'entre eux. Au programme : animation, visite des volières, raquette, glissade, marche et safari nocturne en forêt !


PHOTO FOURNIE PAR FITZGÉRALD GUY

Lire l'article complet ici.

Publié le : Samedi 27 février 2016 @ 21:37:19

Rechercher dans Hiboux

: HAUTE-SAÔNE : APRÈS TROIS MOIS DE CONVALESCENCE, LE GRAND-DUC RETROUVE SA LIBERTÉ

Vesoul. Une légère impulsion a suffi à le propulser dans les airs. Pour sûr, le hibou grand-duc va mieux. Il a été relâché mercredi en fin d’après-midi, dans la plaine de Saône, non loin de Port-d’Atelier (Haute-Saône). Là même où il avait été découvert blessé un lundi matin, fin octobre.

« Je l’ai trouvé l’aile prise dans les barbelés », raconte Christophe, un habitant du secteur qui promenait son chien ce matin-là et a découvert l’animal. « J’ai tout de suite vu qu’il s’agissait d’un grand-duc, grâce à ses grandes aigrettes. Il était encore vif, claquait du bec, s’agitait. Il n’était pas là depuis longtemps. » Le chasseur a alors prévenu le président de l’association communale de chasse agréée. Les deux hommes n’ont pas osé toucher l’animal, une espèce rare et protégée depuis 1976, et préféré alerté l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). « Ils ont coupé le barbelé et mis l’animal en cage en quelques gestes seulement. » Christophe a souhaité assister à la remise en liberté du splendide animal, le plus grand rapace nocturne d’Europe dont seuls 500 couples sont recensés en France. « Jamais je n’en avais vu d’aussi près, c’était une belle rencontre. »

Lire l'article complet ici.

Publié le : Jeudi 18 février 2016 @ 13:20:23

Rechercher dans Chouettes

: Deux harfangs des neiges " recrutés "

Leurs noms, Brume et Alaska. Deux harfangs des neiges, des chouettes nées en juin 2015, sont arrivés il y a quelques semaines à l'Aquashow, à Audierne. Ils sont actuellement en cours de dressage pour participer aux spectacles proposés cet été au public de l'aquarium.
Ces deux mâles, de grands oiseaux blancs aux yeux jaunes, emblème aviaire du Québec, sont appelés aussi chouette harfang en Europe. En revanche, en Amérique du Nord (Canada), il est considéré comme un hibou, avec ses petites plumes sur la tête. Brume et Alaska sont actuellement en cours de dressage, à l'Aquashow d'Audierne, afin de participer aux spectacles d'oiseaux proposés au public. « Ils seront prêts pour l'été. Nous profitons de l'hiver pour leur apprendre les divers exercices », explique Margaux Le Gall, soigneur animalier. Mais il n'y a pas que du côté des volatiles que ça s'agite. Au sein de la communauté des poissons, trois petits requins « hâ » (appelés aussi milandre), à grand aileron, sont arrivés dans le bassin géant.



Margaux Le Gall, soigneur animalier, présente Alaska, l'un des harfangs des neiges accueillis à l'Aquashow

Lire l'article complet ici.

Publié le : Mardi 16 février 2016 @ 12:25:13

Rechercher dans Chouettes

: Thoisy-la-berchère : une chouette effraie sauvée par des habitants

Fin janvier, un couple se retrouve nez à bec avec une chouette effraie en mauvaise posture dans un champ du Morvan. Fort heureusement, ils ont eu le bon réflexe… à tel point que l'animal est sorti d'affaire et retrouvera bientôt sa liberté.

La chouette femelle, âgée de deux ans, souffrait d’un traumatisme crânien et d’une lésion à l’œil gauche, vraisemblablement à la suite d’un choc avec une voiture. Photo SDR

Lire l'article du BP ici

Publié le : Dimanche 14 février 2016 @ 10:05:57

Rechercher dans Chouettes

: Morbihan. Avez-vous vu la chouette chevêche ?

L’oiseau, qui se fait rare en France, est présent dans le sud-est du Morbihan et sur le littoral. C’est ce qui ressort de l’étude de l’association Bretagne vivante.

Depuis février 2015, la chouette chevêche fait l’objet en Morbihan d’une enquête de la part de l’association Bretagne vivante. Les premières tendances de l’étude indiquent une présence de l'oiseau plus importante dans le sud-est du département et sur le littoral.

"Une espèce importante"

" C’est une espèce importante mais peu étudiée dans le département. Pour nous, c’est une porte d’accès au monde agricole, qui l’apprécie, observe Martin Diraison. Elle est très intéressante pour parler de biodiversité en milieu rural. Quand on va au contact des gens, souvent ils savent dire s’il y en a une près de chez eux. Et ils sont prêts à accueillir des nichoirs pour lui venir en aide."

Cent trente-sept mâles chanteurs

Alors qu’il existe un réseau efficace en France et en Europe pour étudier et suivre l’espèce, le Morbihan ne pouvait plus rester à la traîne. "Entre février et avril 2015 (la saison des amours), on a mené une première prospection pour évaluer sa présence." Cinquante-sept bénévoles et sympathisants de Bretagne vivante, répartis de façon homogène dans le département, ont mis sur écoute 400 km2 de nature susceptibles d’accueillir la chevêche. Ils ont détecté 137 mâles chanteurs.

Lire l'article complet ici

Publié le : Jeudi 11 février 2016 @ 08:20:48

Rechercher dans Hiboux

: Un hibou grand-duc tué par des tirs de plombs à Saint-Romain-en-Jarez

A la fin du mois de janvier, un particulier a découvert un grand rapace nocturne mort au milieu d’un champ à Saint-Romain-en-Jarez. La ligue départementale de protection des oiseaux a envoyé sur place un ornithologue qui a identifié un hibou Grand-duc d’Europe, une espèce rare.
Après radiographie, il s’avère que l’oiseau est sans doute mort de faim suite à une blessure par tir.

Une plainte va être déposée pour destruction d’espèce protégée.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Vendredi 05 février 2016 @ 12:49:19

Rechercher dans Presse

: Le hibou, nouvelle terreur des bois pour un skieur

Un Albertain peut ajouter un animal à sa liste de prédateurs à craindre : un hibou l'a vigoureusement attaqué la semaine dernière, lors d'une randonnée en skis de fond.

« Tandis que je descendais une colline, j'ai senti quelque chose derrière ma tête, puis une douleur aiguë au crâne », s'est remémoré Miloslav Bozdech. « Je me suis retourné pour jeter un coup d'oeil, mais je n'ai rien vu. »

Le coupable s'est manifesté plus tard. Miloslav Bozdech a aperçu l'oiseau en train de planer dans le ciel, avant de se poser dans un arbre.

Il a donné un coup de pied dans l'arbre, et le rapace s'est envolé.

Le hibou n'a visiblement pas apprécié, puisqu'il est revenu à la charge une seconde fois. Il a attaqué Miloslav Bozdech de dos, à coups de griffes acérées.

Le malheureux s'est retrouvé avec plusieurs plaies au crâne. Il s'est fait dire que son agresseur pourrait être un Grand-duc d'Amérique, une espèce native de la région.

Qu'importe si sa lampe a effrayé l'animal, ou bien si celui-ci défendait simplement son territoire, Miloslav Bozdech a depuis retenu la leçon : il porte maintenant un casque de ski.

160202_yo81p_hibou_sn635.jpg
Méfiez-vous de cette adorable boule de plumes : le hibou peut aussi mener de redoutables attaques.  
Photo :  Chris Fisher/ICI Radio-Canada

Lire l'article complet ici

Publié le : Mercredi 03 février 2016 @ 10:50:47

Rechercher dans Chouettes

: La chouette tachetée du Nord est plus que jamais menacée

Un étude révèle que la population de chouettes tachetées du Nord diminue à cause, notamment, des changements climatiques et d'une autre espèce de chouette.

MENACE. La chouette tachetée du Nord (Strix occidentalis caurina) est répartie du nord de la Californie (Etats-Unis) jusque dans le sud-ouest de la Colombie Britannique (Canada). En 1990, cette sous-espèce est considérée comme en voie de disparition dans l'Endangered Species Act. Quatre ans plus tard, le Northwest Forest Plan se donne pour mission de protéger toutes les espèces natives de la région dont la chouette tachetée du Nord. Une étude publiée dans BioOne et basée sur des données collectées entre 1985 et 2013 a tenté d'évaluer l'évolution de cette sous-espèce grandement menacée. Les chercheurs ont étudié des populations situées à Washington, dans l'Oregon et dans le nord de la Californie, obtenant ainsi 11 zones d'étude représentant 9 % du territoire total occupé par les chouettes tachetées du Nord. L'équipe de scientifiques a ainsi découvert que la population globale de ces rapaces nocturnes décline de 1,2 % à 8,4 % par an suivant la zone étudiée. Depuis 2009, le nombre de Strix occidentalis caurina a chuté de 77 % àWashington, de 68 % dans l'Oregon et de 55 % en Californie.

Strix occidentalis caurina versus Strix varia

Dans chaque zone d'étude, la diminution de la population de chouettes tachetées est corrélée avec la présence d'une autre espèce, la chouette rayée (Strix varia). Cette espèce, autrefois située dans les forêts de l'est de l'Amérique du Nord, colonise aujourd'hui peu à peu le territoire des chouettes tachetées du Nord. Cette cohabitation conflictuelle entraîne une compétition pour les ressources et l'habitat. Le problème est que le combat est inégale : la chouette tachetée du Nord est bien plus petite que la chouette rayée.

Article complet sur sciences et avenir

 

Publié le : Lundi 28 décembre 2015 @ 19:37:10

Rechercher dans Chouettes

: Bunzac: huit chouettes chevêches reprennent leur envol

"Elle était toute douce, toute petite. Ses plumes, c’était comme des poils de chinchilla." Sonia, 10 ans, a un sourire grand comme ça. Elle a pu prendre entre ses mains l’une des quatre chouettes chevêches qui ont été relâchées mardi soir à Bunzac, par l’association Charente Nature.

Sous la pluie et la nuit tombante, quatre autres rapaces nocturnes ont pris leur envol dans la foulée à Rancogne. Des oiseaux nés au printemps qui ont été accueillis durant quelques mois au centre de sauvegarde de la faune sauvage à Torsac. "Ce sont des gens qui les ont trouvés dans leur cour, leur cheminée… qui nous les ont amenés, précise Pierre Fantin, le directeur de Charente Nature. La plupart viennent de Charente, de Dordogne et de Charente-Maritime."

Classée en liste rouge dans la région

"Les communes de Bunzac et Rancogne sont de bons partenaires pour nous", poursuit le directeur, qui rappelle qu’une "nuit de la chouette" a été organisée au printemps dans la première. "ça avait bien marché." "Ici, on vit au milieu des chouettes, remarque le maire, Jean-François Beaucourt. On les entend toutes les nuits."

Sûrement pour cela que les habitants sont venus en nombre, mardi soir, assister au relâcher des petites chouettes chevêches. Une espèce quasiment menacée en France, même si elle est "localement assez abondante dans certaines communes du département", observe l’ornithologue David Neau. Il cite La Couronne, Garat, mais aussi Sauvignac, où presque chaque lieu-dit possède son couple de chouettes chevêches.

Protégée, classée en liste rouge dans la région Poitou-Charentes, la chouette chevêche est "la plus petite chouette qu’on trouve en Charente". "Trop chou", selon les enfants, avec ses petits yeux dorés.

Désormais relâchés, les huit oiseaux "vont se répartir autour des communes, prévoit David Neau. Ils vont d’abord écouter si un autre individu chante. S’il y en a un, ils partiront ailleurs. S’il n’y en a pas, ils resteront."

Lire l'article complet ici.

Publié le : Vendredi 06 novembre 2015 @ 06:53:36

Rechercher dans Hiboux

: Haute-Saône : au secours d’un hibou grand-duc

Vesoul. Un hibou grand-duc a été retrouvé lundi dans la matinée, coincé dans les barbelés d’une pâture, dans les environs de Port d’Atelier, en Haute-Saône.

Un particulier a découvert le rapace en mauvaise posture et a immédiatement prévenu l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Dans son malheur, l’animal a eu de la chance : « Je pense qu’il n’était pas coincé depuis très longtemps lorsqu’il a été découvert, car il n’était pas gravement blessé, ni gravement dénutri », intervient Franck Vigneron.

L’homme, ornithologue spécialiste des rapaces, est membre de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et surtout correspondant d’Athénas, le centre de soins pour la faune sauvage de L’Étoile, dans le Jura. Il a accueilli à son domicile de Calmoutier (Haute-Saône) le hibou grand-duc, pour quelques heures, avant son transfert – rapide – dans le Jura. Habilité à prodiguer les premiers soins, Franck Vigneron a examiné le rapace – une jeune femelle d’un ou deux ans et d’une belle envergure d’1,80 m – pour établir un premier diagnostic : « Il n’y avait aucune plaie, je pense qu’il a seulement l’aile luxée ».
Espèce protégée

Son diagnostic a été confirmé par le centre Athénas. Sa blessure vaudra au grand-duc un séjour de plusieurs semaines dans le Jura. « Ils vont d’abord lui immobiliser l’épaule pendant une dizaine de jours, peut-être quinze », poursuit Franck Vigneron. « Puis il sera placé dans une volière de rééducation, avant d’être relâché, sans doute après l’hiver. » Le Haut-Saônois sera chargé de relâcher l’animal dans la plaine de Saône, secteur où il a été découvert, une fois sa convalescence terminée. « Il n’est pas impossible qu’il soit en couple, et qu’il niche dans le secteur. »

Le hibou grand-duc est le plus grand nocturne d’Europe. Outre son gabarit impressionnant, il est notamment reconnaissable par ses grands yeux ronds, à l’iris rouge-orangé, et ses aigrettes, plus grandes que la plupart des hiboux.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Mercredi 28 octobre 2015 @ 15:16:20

Rechercher dans Chouettes

: La triste histoire de Chou

Il était une fois, dans la région béarnaise, une famille de Chouette effraies. Les parents nichent dans le jardin de la maison située... au fin fond de la campagne : les propriétaires de cette maison les observent chaque année et sont ravis de leur présence.

"Chou", un poussin de la famille, est malheureusement tombé du nid. Rien de grave, tout va bien. Mais avec sa bouille d'ange, la propriétaire a craqué et veut l'aider.

Croyant bien faire, suite aux fabuleux conseils d'internet, elle décide de l'élever elle-même. " Cela ne semble pas bien compliqué : du steak haché, c'est facile à trouver ! "

Trois petites semaines passent.

Chou grandi a vue d’œil. Chouette, cela semble être bon signe ! La propriétaire décide alors de la replacer dans son grenier. "Ses parents viendront certainement la nourrir et une fois prête, elle prendra son envol".

Chou tente en effet un premier saut... Mais là, c'est le drame. Fracture à la patte ! La propriétaire appelle alors son vétérinaire, qui lui parle d'Hegalaldia. Hop, en attente pour le prochain transfert, direction le Pays Basque !

Et là, le verdict tombe.

La petite chouette n'a pas reçu la nourriture adéquate pour une bonne croissance : elle est carencée. Ses os sont fragiles comme du verre, c'est pour cette raison que la patte s'est cassée aussi facilement. Quant a sa seconde patte, elle est déformée. Une carence trop longue n'est pas rattrapable ... inutile de réparer cette fracture, elle en aura d'autres.

Chou est condamnée à vivre une vie remplie de souffrance et finira par se laisser mourir de faim. Nous avons alors prit la décision de l'endormir pour lui éviter cela.

Hélas, cette histoire n'est pas rare. Chaque année plusieurs individus vivent un enfer.

Une conclusion à en tirer ?

Internet est rempli d'informations qui sont trop souvent fausses. Lorsque vous trouvez un animal sauvage, appelez systématiquement un Centre de sauvegarde faune sauvage, ou un vétérinaire qui vous reconduira sur le Centre le plus proche. Ne tentez aucun soin/nourrissage avant : en voulant bien faire, nous faisons souvent plus de mal.

Soigneur faune sauvage est un métier, qui s'apprend avec des années d'expériences. Nous somme là pour ça émoticône wink

PS : Merci à la propriétaire qui nous a encouragé à diffuser les photos et l'histoire de Chou.

https://www.facebook.com/Hegalaldia64

Publié le : Jeudi 01 octobre 2015 @ 16:09:53

Rechercher dans Hiboux

: Opération sauvetage d'un hibou grand-duc

La clinique vétérinaire des Trois rivières, à Til-Châtel, a déjà recueilli de jeunes chouettes hulottes au printemps dernier. Dimanche, c’est une magnifique femelle Hibou grand-duc, mal en point, qui a été admise.

L’animal a été retrouvé par un chasseur le matin même. Il l'a emmené au plus vite chez la vétérinaire. « C’est une vieille blessure, une plaie à l’aile qui s’est infectée », a expliqué le docteur Charlotte Bignault-Barbeau. Une radio a été réalisée : aucune fracture n’a été relevée, ni de corps étrangers repérés. L’oiseau a été endormi pendant près d’une heure. " J’ai retiré les asticots, nettoyé et débridé la plaie. Un pansement a été apposé. Puis, j'ai administré à l'animal des antibiotiques, des anti-inflammatoires et un traitement anti-parasitaire ». Lundi, l’oiseau a été de nouveau anesthésié pour refaire les soins.

Un bénévole du centre Athénas (http://www.athenas.fr/) est venu le chercher lundi après-midi. Le hibou grand-duc doit rejoindre le centre de soins pour la faune sauvage, basé dans le Jura, ce mardi. «  Nous croisons les doigts pour qu'il se remette au plus vite afin de retrouver sa liberté le plus rapidement possible.

Lire l'article complet ici

 

Publié le : Mercredi 30 septembre 2015 @ 17:19:20

Rechercher dans Chouettes

: Insolite à Rennes. Quatre pompiers pour sauver une chouette

Les pompiers animaliers de Rennes ont sauvé une chouette mercredi. L'animal était coincé depuis plusieurs jours dans un conduit de cheminée.

Quatre pompiers animaliers de Rennes sont intervenus mercredi à La Bouëxière pour sauver une chouette restée coincée plusieurs jours dans un conduit de cheminée.

C’est Jean-Yves Royer et sa compagne Irène Tabard, qui ont découvert l’animal. Intrigués par des petits résidus qui tombaient dans leur cheminée, ils ont décidé de ramoner le conduit par le toit. Jean-Yves a pris son échelle et arrivé en haut, il a aperçu la chouette coincée à deux mètres en contre bas sur un petit parapet. « J’ai vu ses yeux dans la pénombre. J’ai essayé de la décoincer avec une perche mais elle n’a pas bougé. Je suis redescendu et j’ai appelé les pompiers ».

quatre-pompiers-pour-sauver-une-chouette.jpg
Les pompiers animaliers de Rennes ont sauvé une chouette mercredi. L'animal était coincé depuis plusieurs jours dans un conduit de cheminée. | DR

Extrait du journal Ouest-France 

 

Publié le : Vendredi 25 septembre 2015 @ 07:11:12

Rechercher dans Chouettes

: Vous connaissez la chouette chevêche ?

Toute petite chouette, remarquable de par ses yeux couleur or, elle était la chouette la plus fréquente il y a quelques dizaines d'années. Maintenant, nous la rencontrons de moins en moins souvent dans nos régions : l'espèce connait une forte régression.La vieille légende : Les chouettes chevêches ont été accusées de voler l’âme des défunts car elles venaient régulièrement taper aux fenêtres des maisons qui venaient de vivre un décès. ...Mais une explication rationnelle existe à cette observation : lors du recueillement des familles suite à un décès, un cierge était alors allumé dans la maison. La nuit, les insectes attirés par la lumière du cierge venaient aux fenêtres. La chouette chevêche, qui est en bonne partie insectivore, venait alors à son tour aux fenêtres afin de manger les insectes. C’est pour cela qu’elle tapait sur les vitres avec son bec : c’était tout simplement l’heure du buffet à volonté, et en aucun cas pour voler des âmes !

Depuis, l'agriculture intensive n'a pas arrangé ses affaires... Diminution des ressources alimentaires due aux pesticides, disparition d’arbres favorables aux nids suite à la destruction des vergers, noyade dans les abreuvoirs du bétail... Rajoutez à ça les collisions routières ou celles qui tombent dans les cheminées.

Hegalaldia a décidé de donner un coup de patte aux petites populations qui survivent en Pays Basque Nord, grâce à l'installation de nichoirs, ainsi que plusieurs animations gratuites de sensibilisation à la population et surtout, aux agriculteurs.

Les 4 jeunes chouettes chevêches vont être bientôt libérées dans le cadre de ce programme de réintroduction.

Publié le : Mardi 22 septembre 2015 @ 12:51:57

Rechercher dans Chouettes

: Les barbelés, sacrés tueurs

Nous avons accueilli une chouette hulotte prise au piège dans du fil barbelé. C'est une cause d'accueil récurrente pour les rapaces nocturnes... et malheureusement ces clôtures font souvent des dégâts irréparables.Les oiseaux pris au piège se débattent, provoquant généralement plusieurs fractures et déchirent tous les tissus. Souvenez-vous de la magnifique femelle grand-duc : toute la peau de son aile s'était arrachée... nous n'avions pas pu évite...r la nécrose des tissus et nous avions était contraints de mettre fin à ses souffrances.

Triste dénouement pour cette chouette également : nous pouvons voir l'étendue des dégâts sur cette photo.

Et si nous revenions à nos belles et précieuses haies diversifiées pour délimiter nos terrains ? Cela permettrait un sérieux coup de pouce à notre biodiversité...

Hegalaldia - Centre de Sauvegarde de la Faune sauvage 64

Publié le : Mardi 22 septembre 2015 @ 12:32:45

Rechercher dans Chouettes

: Douai : la caserne Caux déroule le tapis rouge à la Dame blanche

Installés fin avril, deux nichoirs destinés à accueillir la chouette effraie ont été « inaugurés » ce mardi sous les combles de la caserne Caux, en présence de représentants de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) du Nord et d’élus, tous sensibles à la démarche de sauvegarde de ce fascinant rapace.

nichoir.jpg

 

Pour l’heure, la Dame blanche – l’autre nom communément donné à la chouette effraie des clochers – se fait désirer. Le propre des « stars » diront ses bienfaiteurs, qui, à Douai, ne désespèrent pas d’apercevoir bientôt la chasseresse. « Les deux nichoirs ont été installés le 22 avril, mais ils n’ont pas encore été visités, raconte Grégory Smellinckx, chargé de mission Ligue de protection des oiseaux du Nord (LPO). À Nomain, où un autre nichoir a été posé en février, un couple s’est installé au bout d’un mois seulement… Il faut être patient, mais toutes les conditions sont ici réunies. »

Le photographe rieulaysien, passionné d’oiseaux et de nature, a été la cheville ouvrière de ce projet de nichoirs mené en partenariat avec le service des espaces verts de la ville et son directeur, Martial Loué, qui n’a eu aucun mal à convaincre la municipalité du bien fondé de la démarche. « Un premier nichoir a été installé dans le clocher de l’église de Frais-Marais. Le second est ici, sous les combles du bâtiment ouest de la caserne militaire désertée depuis plus de dix ans déjà, précise le maire Frédéric Chéreau, qui s’est fait fort d’insister sur l’importance de cette opération « de protection d’un oiseau menacé ». « On est sur une zone de nature en cœur de ville, renchérit Martial Loué. Les chouettes représentent un mode d’entretien naturel des espaces verts très important pour la ville ».

Extrait du journal "LA VOIX DU NORD"

Publié le : Jeudi 03 septembre 2015 @ 20:11:37

Rechercher dans Associations

: SOS Faune Sauvage

Le centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage (SOS Faune Sauvage) lance un cri d'alerte : trop de mauvais conseils quant aux soins des oisillons ou oiseaux blessés sont prodigués sur internet. Des recommandations contre-productivse pouvant entraîner la mort de l'animal.

 

 

Le centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage (SOS Faune Sauvage) lance un cri d'alerte : trop de mauvais conseils quant aux soins des oisillons ou oiseaux blessés sont prodigués sur internet. Des recommandations contre-productivse pouvant entraîner la mort de l'animal.

Posted by Cécile Gauthier on mercredi 12 août 2015

Publié le : Jeudi 13 août 2015 @ 20:34:37

Rechercher dans Chouettes Hiboux

: Une chouette affaire

Une jeune Albigeois de 20 ans passionné de rapaces et d'oiseaux de proie a semble t-il confondu passion et profit. Il vendait des volatiles telles que cette chouette effraie (photo ci-contre) sur le site internet «Le bon coin». Lors de la perquisition effectuée à son domicile, les enquêteurs ont trouvé des rapaces dans ses volières avec absence de bagues et de marquages. Les policiers albigeois, sur instruction du Parquet d'Albi, lui ont finalement dressé une procédure pour non respect du code de l'environnement et plus précisément pour détention et cession d'espèces protégées sans autorisation.

Lire l'article ici.

Publié le : Jeudi 11 juin 2015 @ 13:57:39

Rechercher dans Chouettes

: Des bébés chouettes dans l'église

Depuis quelques années, des chouettes effraies nichent dans le clocher de l’église Saint-Michel. Trois «survivantes»ont été baguées.
Dans le porche de l’église, un écran permet d’observer la présence de deux charmantes chouettes effraies nichées dans le clocher de l’église Saint-Michel de Jalhay. C’est ce même système de caméra, subsidié par la Région wallonne il y a un an, qui a permis de découvrir en mars dernier la présence de quatre œufs devenus quatre oisillons dont un a malheureusement perdu la vie il y a peu. «La présence des chouettes dans le clocher s’explique par l’existence d’un nichoir que nous avons construit et placé dans l’édifice il y a plusieurs années dans le cadre des journées mains vertes que nous organisons, raconte la Jalhaytoise Liette Ward, la présidente de l’ACRF-Femmes en Milieu Rural. En 2012, plusieurs chouettes y sont nées. Cette année, nous avons eu quatre bébés. Trois sont toujours en vie. Le quatrième a certainement été dévoré par ses parents ou par les oisillons plus robustes qui ont, semble-t-il, fait face à un manque de nourriture. Et selon moi, cela peut s’expliquer par la campagne de dératisation qui a été organisée dans la commune à la même période. Il est possible que cela ait eu un réel impact»

Lire l'article complet ici

Publié le : Mardi 28 avril 2015 @ 18:03:37

Rechercher dans Chouettes Hiboux

: Découvrez les oiseaux du parc

Mésanges, pics, chouettes... Le parc de Sceaux est un véritable refuge pour les oiseaux.

Pour le découvrir, suivez le guide ! Ce week-end, deux matinées de suite, la LPO (Ligue de protection des oiseaux), en partenariat avec le conseil départemental, organise une série d'animations pour mieux connaître ces petits habitants du parc.

Lire l'article complet ici.

Publié le : Samedi 25 avril 2015 @ 14:51:39

Rechercher dans Chouettes

: Deux chouettes hulottes remises en liberté à Draguignan

Deux petites chouettes hulottes retrouvées par des promeneurs dans le Vaucluse ont été remises en libertés sur le site du Malmont, jeudi soir, après trois mois de réadaptation au centre de soins de la faune sauvage de Buoux, dans le Luberon. Les deux oisillons ne devaient pas avoir plus d'un mois lorsqu'ils ont intégré le centre."

Les chouettes font du dénichage pour s'émanciper. c'est-à-dire qu'elles apprennent à être autonomes hors du nid. C'est à ce moment-là que les randonneurs, pensant bien faire, les ramassent ", fait savoir une bénévole du centre. Passée l'étape de la grande volière, elles ont découvert leur nouvekl habitat en volant, enfin, de leurs propres ailes !

Lire l'article ici

Publié le : Mardi 10 juin 2014 @ 13:49:02

Rechercher dans Chouettes

: Un clocher pour une effraie

A l'initiative de Yaëlle Serreau, professeure des écoles à Meyronne, avec le concours de deux bénévoles de la LPO (ligue pour la protection des oiseaux), Christine Coutarel, Bernard Eckhaut et des élèves de CP-CE1, un projet est né en faveur de la chouette effraie des clochers. Depuis la rentrée de janvier, durant les activités découvertes du monde, les élèves ont effectué de nombreuses recherches sur la vie de cet animal menacé et protégé. Avec l'aide des deux bénévoles de la LPO ils ont construit un nichoir qui a été installé dans le clocher de Meyronne. Ce 15 mai, en présence du maire du village Gilles Liébus, des parents et bénévoles, les élèves ont présenté leurs travaux. Ils espèrent à présent que le nichoir installé, une chouette effraie le choisira pour y nicher. Au nom de leur classe, Alisson Fabre, Eliette Peyronnet et Jade Pradine ont répondu à quelques questions.

Publié le : Mercredi 21 mai 2014 @ 07:04:42

Rechercher dans Associations

: Chouette chevèche

Le Parc naturel régional de Lorraine recherche des volontaires sur son territoire pour réaliser un suivi de la chouette chevêche. Des réunions sont ...

Cliquez ici

Publié le : Mercredi 19 février 2014 @ 06:49:13

Rechercher dans Chouettes

: Bois de L'Huisserie. Une animation autour de la chouette chevèche

Le Centre d'initiation à la nature propose une animation de construction de nichoirs à destination des enfants de plus de 8 ans.

Dans le cadre de son exposition "Plumes de nuit", qui débutera lundi prochain, le Centre initiation à la nature (CIN) propose différents temps forts. Le premier est une animation autour de la chouette chevêche avec un atelier collectif de construction de nichoirs qui seront ensuite installés dans des milieux propices comme au bois Gamats.

Mercredi 19 février, de 14 h à 17 h, au CIN, bois de L'Huisserie, à Laval. Réservation obligatoire au 02 43 02 95 68.

Publié le : Jeudi 13 février 2014 @ 20:04:39

Rechercher dans Hiboux

: Un hibou petit duc trouve refuge au Zoo La Garenne

Le parc animalier de Le Vaud a recueilli le minuscule rapace qui avait été soigné à la Vaux-Lierre, à Etoy.

 

En juin dernier, le centre de soins la Vaux-Lierre, à Etoy, recueillait un patient inhabituel: un hibou petit duc. Une espèce rare, puisqu'il ne reste qu'une dizaine d'individus en Suisse.

Le minuscule rapace - haut d'une vingtaine de centimètres - avait été retrouvé en mauvaise posture près de Saillon puis emmené à la clinique pour oiseaux d'Etoy. Son aile cassée n'a malheureusement pas guéri correctement, si bien qu'il n'a pas pu regagner ses pénates valaisans.

L'histoire se termine bien, puisque l'oiseau a trouvé refuge au Zoo La Garenne, à Le Vaud. Le parc animalier a également recueilli tout récemment une chouette harfang attente de la cataracte à un oeil.

Lire l'article ici

Publié le : Mercredi 12 février 2014 @ 06:36:55

Rechercher dans Chouettes

: Une chouette Harfang

Une chouette Harfang s'est installée actuellement à Zeebrugge, a indiqué le site internet spécialisé waarnemingen.be. L'information a été confirmée par le centre d'accueil des oiseaux (VOC) d'Ostende. Il est assez extraordinaire de pouvoir observer une chouette Harfang en Belgique.

 De nombreux photographes sont actuellement au port de Zeebrugge afin de prendre des photos de la chouette Harfang. On ne sait pas comment l'oiseau est arrivé là. Il a peut-être voyagé avec un navire venant du Canada.

 "Quelques bateaux ont mentionné la présence d'une chouette Harfang. Il y a donc des mouvements migratoires", explique Claude Velter, coordinateur au VOC. D'après ce dernier, certains particuliers possèdent une chouette Harfang et il est donc possible qu'elle se soit échappée. "Mais cette chouette n'est pas très propre et très timide, il s'agit donc très probablement d'un animal sauvage."

 Les chouettes Harfang sont rares en Belgique. Son dernier passage remonte à la fin de l'année 2008 à Uitkerke, près de Blankenberge.

Lire ici

Publié le : Mardi 07 janvier 2014 @ 14:38:39