Agenda

Novembre 2017

L M M J V S D
   1 2345
678910 11 12
13141516171819
20212223242526
27282930   
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Chat Box
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

Hibou Grand-Duc d'Amérique ou Hibou Grand-Duc de Virginie (Bubo virginianus)

(785 mots dans ce texte ) -  lu : 2344 Fois


Taille : 43-63 cm
Envergure : 91-160 cm
Poids : 900-1800 g

Sa grande taille et son aire de répartition très vaste font du hibou grand-duc d'Amérique le hibou le plus souvent observé. Il est très proche du hibou grand-duc d'Europe. Comme lui, il est divisé en de nombreuses sous-espèces de tailles et de couleurs variables.

L'adulte possède une queue courte, une grosse tête et un plumage dense qui lui donnent une silhouette arrondie, sans cou. Le plumage est de couleur beige-gris, le cou est blanc, la gorge et le ventre sont barrés de noir, le dos est tacheté de couleurs plus sombres. Les ailes sont longues et découpées. Un grand disque facial encadre ses yeux jaunes vifs.

L'espèce nominale, forme foncée d'Amérique du Nord, comprend une phase à poitrine orange et une phase à poitrine blanche.

La femelle est légèrement plus grosse et plus grande que le mâle.

Les plus grandes sous-espèces habitent les latitudes septentrionales, ou les hautes altitudes, les plus petites habitent les forêts tropicales en plaine et les déserts. Les oiseaux des forêts humides sont plus foncés, tandis que ceux des déserts ou des régions enneigées pendant la plus grande partie de l'année sont plus clairs.

Son aire de répartition va de l'Amérique du Nord, sauf les régions de toundra d'Alaska et du Canada, jusqu'en Terre de Feu.

Il aime les plaines jusqu'à la limite de la forêt boréale de feuillus et de conifères, les forêts tempérées et tropicales, les prairies, les déserts et les terres cultivées. Comme il tolère la présence de l’homme, on le retrouve dans les parcs urbains.

Le grand-duc d'Amérique se nourrit de rongeurs et d’oiseaux (comprenant d'autres rapaces), mais il attrape aussi d’autres mammifères, des poissons, invertébrés, amphibiens et lézards.

Leur taille est très variable : du gros insecte au lièvre, moufette et tétras.

Il chasse de nuit, prêt à fondre sur une proie et à la tuer de ses serres tranchantes. Ses zones de chasse préférées sont les bordures des clairières et les terrains découverts.

La reproduction est programmée au printemps et au début de l’été, de telle sorte que les œufs éclosent lorsque les proies sont abondantes. Si les conditions sont favorables, la femelle peut élever plus d’une nichée dans l’année.

Le grand-duc s’installe dans un nid de brindilles abandonné par des buses, corbeaux ou pies, ou bien dans la cavité d’un arbre ou encore entre des rochers. Parfois, il fait son nid dans une grange ou une autre construction humaine, ou dans une petite dépression

à même le sol. La femelle pond 1 à 5 œufs blancs, habituellement 2 ou 3, sur une période de plusieurs jours.

Elle assure seule la couvaison et l’éclosion se produit après 32-35 jours. Les œufs éclosant à différents moments, les premiers ont plus de chances de survivre. Les poussins sont prêts à quitter le nid après environ 6 semaines, mais ils sont incapables de voler avant l’âge de 9 ou 10 semaines.

Le grand-duc d'Amérique a été observé pour la première fois dans les colonies de la Virginie, de sorte que son nom latin est tiré de cette région. La première description a été publiée en 1788 par Johann Gmelin.

Chant : Le chant du mâle est un "bu-bubu book book" profond et retentissant, il est répété à intervalle régulier de quelques secondes et il est parfois incomplet. Le chant de la femelle est assez semblable mais Grand-duc d'Amérique il a un rythme quelque peu variable, ce qui donne "bububu book".
Pendant la parade, le couple procède à des duos. Les deux partenaires émettent également des cris stridents. Lorsqu'il surveille le nid en période de couvée, qu'il veut marquer son territoire ou qu'il offre de la nourriture de façon rituelle, le mâle produit des sons gutturaux et gloussants. Les poussins réclament leur nourriture grâce à une série de cris rudes et discordants.

Régime : Les grands-ducs d'Amérique consomment des mammifères dont la taille est un peu plus petite que celle des lapins. Ils chassent aussi des oiseaux de la taille des canards, des oies, des hérons et des Grand-duc d'Amérique oiseaux de proie de moyenne dimension, parfois même d'autres prédateurs de la famille des strigidés. Ils apprécient aussi, les reptiles, les grenouilles, les araignées et les gros insectes.
Ils chassent particulièrement dans les milieux ouverts ou semi-ouverts, à la lisière des forêts ou dans les clairières et généralement à partir d'une perche d'où ils peuvent plonger vers le bas. Ils peuvent détecter des proies dans les airs et se laisser tomber pour les attraper. Ces grands-ducs achèvent leur victime en utilisant leurs serres puissantes et en les frappant plusieurs fois à la tête avec leur bec.
La proie est déplacée à un autre endroit pour être ingurgitée. Les proies qui sont en supplément sont stockées dans une cachette située à l'intérieur du territoire.


Retour à l'index des rubriques

***Retour à la sous-rubrique :

Autres publications de la sous-rubrique4