Agenda

Novembre 2017

L M M J V S D
   1 2345
678910 11 12
13141516171819
20212223242526
27282930   
Jour avec évènement(s)
Jour férié
Galeries Photo
Chat Box
Article du Jour
Il n'y a pas encore d'article du jour.
Lettre d'information

Recevez par mail les nouveautés du site.

Faire un don
Vous aimez le site et désirez le soutenir financièrement.

Phodile Calong ou Chouette Baie (Phodilus badius)

(611 mots dans ce texte ) -  lu : 3077 Fois


Taille : 23-33 cm
Poids : 255-308 g


La chouette baie fait partie de la famille des chouettes effraies.

L'adulte a une face ovale est caractéristique avec des disques faciaux étroits, au bord interne s'inclinant vers l'extérieur en haut de la tête et formant 2 pointes émoussées qui rappellent les aigrettes des hiboux.

Le capuchon et la nuque sont châtain, avec des taches circulaires noires et chamois. Le manteau, le dos et les sus-caudales affichent une coloration châtain légèrement plus claire avec des points noirs et des stries chamois. La queue est châtain avec quelques étroites barres sombres. Elle possède de courtes ailes et une longue queue typique des chouettes chassant en sous-bois. Les deux sexes sont semblables.

Les juvéniles ressemblent aux adultes mais leur plumage est plus sombre avec de nombreuses stries sombres. La chouette baie se retrouve dans le nord de l'Inde, au Sri Lanka et en Asie du sud-est jusque Bornéo et Java.

Son habitat comprend essentiellement des forêts tropicales.

Son régime alimentaire comprend des petits mammifères, des oiseaux, des lézards, des amphibiens et des insectes. Parce qu'elle a souvent été observée près de l'eau, on pense qu'elle se nourrit peut-être aussi de poissons.

De jour, elle se repose dans un trou d'arbre. Elle s'active de nuit, comptant alors sur son ouïe pour chasser dans l'obscurité totale. Elle utilise ses fortes serres pour grimper le long des tiges verticales, une patte prenant position haut au-dessus de l'autre.

Au Sikkim, au Népal et dans les régions du nord de l'Inde, la saison de reproduction se déroule de mars à mai. A Java, elle est un peu plus longue et se poursuit souvent jusqu'à juillet. Le nid est placé dans un trou d'arbre en mauvaise santé ou au bois pourrissant. On peut également le trouver dans une souche ou dans la couche de feuilles d'un palmier à sucre.

Certains phodiles utilisent même des nichoirs artificiels. Au Népal, la ponte comprend 3 à 5 oeufs de couleur blanche alors qu'à Java, elle n'en contient généralement que 2. Les oeufs sont déposés dans un intervalle de 2 jours et, comme la femelle commence à couver dès le premier oeuf, les éclosions sont toujours échelonnées.

Cela explique que, dans un nid de phodile, les petits ont toujours une taille disparate. La femelle couve seule et, pendant toute la durée de la période d'incubation qui est inconnue, elle est ravitaillée au nid par son partenaire. On ignore également la durée de séjour au nid par les jeunes.

C'était la seule espèce connue de phodile jusqu'en 1951, lorsque fut décrite la phodile du Congo (Phodilus prigoginei), ou Itombwe, dont on ne connait encore qu'un seul spécimen. Par manque d'informations, elle est actuellement classée comme une sous-espèce de la phodile calong.

Chant : Le chant est une série de 4 à 7 sifflements puissants, mélancoliques et flutés. Chaque note dure environ une demi-seconde et la phrase entière de 2 à 8 secondes. Chaque phrase commence puissamment et les dernières notes sont légèrement plus hautes. Les phrases sont répétées à de nombreuses reprises. Ces sifflements, délivrés généralement d'un perchoir, alternent avec des notes différentes et plus courtes "keet-keet-keet" lorsque l'oiseau prend son envol. Les chants commencent vers 19h. Pendant la saison de reproduction, ils atteignent leur paroxysme vers minuit.

Régime : Les phodiles calongs se nourrissent de petits rongeurs (souris et rats), de chauves-souris, d'oiseaux, de lézards, de grenouilles, de coléoptères et d'autres sortes de grands insectes comme les sauterelles. L'estomac d'un oiseau de Samar contenait même les restes d'un petit serpent. Les pelotes de réjection ont le même aspect que celles de la plupart des Tytonidés. Elles sont enrobées d'une couche soyeuse qui a la couleur du goudron.


Retour à l'index des rubriques

***Retour à la sous-rubrique :