Des bagues pour les chouettes effraies des clochers de l'Eure 4127



Dimanche 16 juin 2019
Par Laurent Philippot, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)
 
Dans le cadre de son projet "un clocher, une effraie", l'association Naturellement Reuilly a invité James Jean-Baptiste, du muséum d'histoire naturelle de Paris. L'ornithologue a bagué les chouettes effraies de plusieurs clochers des environs d'Évreux et de la vallée d'Eure.

chouette01.jpg
James Jean-Baptiste (à gauche), le bagueur, en compagnie de Vincent Noé qui a installé un nichoir pour les chouettes effraies dans son jardin à Aviron
© Radio France - Laurent Philippot

Aviron, France


C'est une journée marathon pour James Jean-Baptiste, le bagueur officiel du muséum d'histoire naturelle de Paris, qui commence à Aviron. Dans cette commune à quelques kilomètres d'Évreux, il n'y a pas de clocher, car il n'y a pas d'église. C'est donc chez un particulier, Vincent Noé, qui a installé plusieurs nichoirs chez lui, que l'opération peut commencer. Première étape, faire sortir les chouettes du nichoir. 

chouette02.jpg 
L'épuisette n'a servi à rien, les chouettes ont pris leur envol dès l'ouverture du nichoir
© Radio France - Laurent Philippot

Ce nichoir, Vincent Noé l'a installé il y a quatre ans. "J'ai des nichoirs partout sur la propriété, pour les hirondelles, pour les chouettes" détaille l'homme au nom de famille prédestiné, "pour les mésanges charbonnières, les mésanges bleues, partout". Et force de constater que petit à petit l'oiseau fait son nid, car cette année, quatre chouettes ont élu domicile dans le nichoir, contre trois l'an dernier.

chouette03.jpg 
Une chouette adulte peut manger jusqu'à 2000 petits rongeurs par an. Ses pelotes de réjection sont ensuite étudiées par l'association.
© Radio France - Laurent Philippot


La bague, véritable carte d'identité de la chouette


Sur chaque chouette, James Jean-Baptiste fixe une bague "une bague unique, marquée oiseau muséum Paris" détaille l'ornithologue amateur, ce qui permet, lors du décès, d'identifier l'origine de l'animal. Pour cette chouette, c'est le numéro EA 728984. Chaque oiseau est mesuré, pesé et relâché. 

chouette04.jpg
134 millimètres pour la rémiche 3 de cette chouette, la plus longue plume de l'oiseau
© Radio France - Laurent Philippot

chouette05.jpg
La tête dans le sac pour cette effraie des clochers. Cette chouette pèse 367 grammes
© Radio France - Laurent Philippot
 
Déjà une trentaine de nichoirs pour le projet "Un clocher, une effraie"

Avec des bâtiments de mieux en mieux isolés et les grillages dans les églises pour éviter que les pigeons rentrent à l'intérieur, l'effraie des clochers manque cruellement de sites de nidification et du coup "c'est une chouette qui ne trouve plus d'endroit pour élever ses petits", explique Alexandre Hurel, le président de l'association Naturellement Reuilly, à l'origine du projet.

La chouette peut rentrer dans le nichoir mais n'a pas accès au reste de l'église"

En une journée, 47 jeunes et un adulte ont été bagués à Aviron, au Mesnil-Fuguet, à la Chapelle du Bois des Faulx, Gravigny, Amfreville sur Iton, La Croix Saint Leffroy, Écardenville sur Eure, Le Val-David ou Garencières. Les données sont ensuite transmises au groupe ornithologique normand et à la ligue pour la protection des oiseaux. Avec ces bagues "l'intérêt, c'est de savoir où les chouettes effraies peuvent se déplacer". Grâce à sa bague unique, une chouette du sud de l'Eure a été retrouvée en Belgique, morte, mais "c'est intéressant de nous contacter si vous voyez une chouette morte sur le bord de la route" avance Alexandre Hurel, car cela permet d'établir une cartographie des mobilités des chouettes.  D'ici à la fin de l'année, 600 chouettes en Normandie devraient porter une bague.

chouette06.jpg
Une fois baguée, mesurée et pesée, la chouette est replacée dans son nichoir par Alexandre et Valentin
© Radio France - Laurent Philippot


phrphr Publié le : Mercredi 19 juin 2019